Un vide-grenier pour la dystrophie musculaire

La famille Boisvert-Lapalme s'affaire à tout préparer pour... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

La famille Boisvert-Lapalme s'affaire à tout préparer pour le grand bric-à-brac d'en fin de semaine qui permettra d'amasser des fonds pour la cause de la dystrophie musculaire. On voit ici Annie Lapalme et Martin Boisvert avec leurs deux fils, dont Alexy (au centre), qui est atteint de la maladie incurable. Le garçon est accompagné de son cousin William Parent et de son frère Anthony.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(Sherbrooke) Pour une deuxième année consécutive, une famille de Sherbrooke se mobilise pour amasser des fonds au profit de la recherche et des avancées techniques pour la dystrophie musculaire. Près de 70 familles sont venues déposer des objets de tout acabit pour le grand bric-à-brac qui se tiendra cette fin de semaine.

Vendredi, ça grouillait de vie à la demeure de Martin Boisvert et de sa conjointe, Annie Laplame. Une quinzaine de membres de la famille et des amis proches s'affairaient à mettre en place une partie des objets qui seront vendus lors de l'immense vide-grenier de samedi et de dimanche. Entre 11h et 13h30, des hot-dog seront aussi vendus.

Absolument tout l'argent amassé pendant la fin de semaine sera remis à la cause de la dystrophie musculaire le 13 septembre prochain lors de la Dystromarche qui se tiendra au parc Blanchard.

« La cause nous touche directement », commence Annie Lapalme, dont le père et le plus jeune fils sont atteints de cette maladie génétique, qui est dégénérative et incurable. « C'est une maladie qui affecte la motricité fine et la motricité globale », explique la mère dévouée. « C'est la musculature qui fond », ajoute-t-elle. Le père du jeune garçon de dix ans image bien ce que vit son enfant. « Lorsqu'il écrit, c'est comme si Alexy écrivait avec des mitaines. Et lorsqu'il marche, c'est comme si on devait nous ajouter des poids aux chevilles », précise-t-il.

L'an dernier, la famille Boisvert-Lapalme avait amassé un total de 4000 $. Cette année, son objectif est de dépasser ce montant.

La vente bric-à-brac se tiendra samedi et dimanche dès 7h30 le matin. Pour les intéressés, il est possible de se rendre au 3923, rue de l'Impériale, pour faire de petites trouvailles à bas prix tout en encourageant une cause qui touche la santé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer