Après 15 ans d'exil, la citoyenneté

La fierté était au rendez-vous. Le jeune  Rodrigo... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

La fierté était au rendez-vous. Le jeune  Rodrigo Mora-Barrios 7 ans était très fier d'être devenu officiellement citoyen canadien se faisant prendre en photo par son papa Camilo Mora.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Ils étaient 38 en provenance de 24 pays différents. Autant de parcours sinueux qui les ont tous menés à Sherbrooke en tant que nouveaux citoyens canadiens.

La traditionnelle cérémonie d'assermentation des nouveaux citoyens canadiens se tenait hier en marge des festivités de la fête du Canada au parc Jacques-Cartier en présence de toute la classe politique de la région venue accueillir ses nouveaux électeurs.

Camilo Mora était du nombre. Lui et sa femme Sabrina Barrios ont tous deux obtenu, mercredi, leur nouvelle citoyenneté après neuf années de résidence au pays. Il est d'origine colombienne, elle est de l'Uruguay, ils se sont rencontrés aux États-Unis, mais c'est finalement au Canada que la famille s'est installée.

L'un a fui la guerre des guérillas en Colombie et l'autre la crise économique d'Uruguay. Ici, ils ont accumulé les petits boulots : cueilleurs de petits fruits, agents de service à la clientèle, puis, aujourd'hui, Camilo est employé par la Société de transport de Sherbrooke et Sabrina par la Banque CIBC.

« On n'a jamais dépendu de l'aide sociale », raconte fièrement M. Mora.

Aujourd'hui le petit Rodrigo, 7 ans et Nicole, 4 ans, possèdent la citoyenneté canadienne par la naissance, une fierté pour leurs parents. Sauf que le chemin a été parsemé d'embûches, comme l'est souvent le processus d'immigration.

« Pendant la deuxième grossesse de ma femme on a eu de mauvais moments, se remémore M. Mora. On nous a demandé de sortir du Canada parce que notre demande de réfugié avait été rejetée. On a connu des agents d'immigration tellement gentils qui nous ont dit qu'ils n'aimaient pas faire sortir des gens comme nous, qui parlent les deux langues, qui ont travaillé, qui se sont impliqués. »

Le sort leur a finalement été favorable et le service d'immigration les a acceptés au pays. « Ce sont comme des anges qui nous ont entourés », raconte-t-il.

M. Mora songe maintenant à l'avenir, il souhaite s'impliquer politiquement dans son nouveau pays, mais pas tout de suite. Avant de briguer les votes, celui-ci exercera celui qu'il vient tout juste d'acquérir.

Considérablement perturbées

Dame Nature s'est montrée capricieuse mercredi de sorte que les festivités de la fête du Canada ont été considérablement perturbées au parc Jacques-Cartier. Le spectacle du Groupe Show qui débutait à 20 h 30 avait réussi à réunir des centaines de personnes en dépit des conditions climatiques incertaines. À peine les quelques premières chansons interprétées toutefois, un orage s'est abattu sur Sherbrooke, refroidissant les ardeurs de la foule.

Aux sons de disco, de rock et de chansons bien connues, le Groupe Show a néanmoins poursuivi et les plus courageux ont bravé la pluie, mais la fête du Canada 2015 en est une à oublier d'un point de vue météorologique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer