Des travaux jusqu'à la première de Cow-boys 

Les travaux de reconstruction de la rue Dufferin prendront fin avec au moins... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les travaux de reconstruction de la rue Dufferin, entre les rues des Abénaquis et Montréal, prendront fin avec au moins deux semaines de retard, soit vers le 17 juillet. En conséquence, les activités ne seront pas terminées pour les premiers tours de chant de Québec Issime à la place Nikitotek, à partir du 8 juillet.

Lynn Blouin... (Archives La Tribune, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Lynn Blouin

Archives La Tribune, Frédéric Côté

À la Ville de Sherbrooke, on explique les retards en partie par les conditions météorologiques. Le chantier a connu trois inondations qui ont provoqué un retard d'une semaine. Un massif de la compagnie Bell a aussi été trouvé dans un état qui nécessitait son remplacement, entraînant de nouveaux délais imprévus.

Au service des communications, on assure que les stationnements sont toujours disponibles et qu'une signalisation adéquate sera installée pour diriger les visiteurs.

À Destination Sherbrooke, la directrice à la promotion, à l'accueil et au tourisme d'affaires et sportif, Lynn Blouin, ne s'inquiète pas outre mesure. «Nous avions eu des rencontres avec la Ville et on nous disait que les travaux devaient être terminés pour le 1er juillet, mais on comprend qu'il y a des imprévus. On nous dit qu'il reste une semaine pour terminer les structures et qu'ensuite, ce seront des travaux de pavage. Pour nous, ça ne change pas grand-chose puisque l'accès au site est toujours là pour les camions et les autobus. À preuve, nous avons pu construire le toit de la place Nikitotek pendant les travaux.»

Les touristes étaient déjà invités à se stationner à la Grenouillère de toute façon. «Toute notre promotion est faite pour que les spectateurs stationnent à la Grenouillère, parce que ce stationnement est plus facile à trouver que la rue des Abénaquis et qu'il y a plus de place à cet endroit. Un affichage sera placé pour diriger les gens dans ce stationnement. C'est sûr qu'idéalement, nous aurions aimé que tout soit terminé, mais il n'y aura pas d'impact sur le spectacle, puisqu'il n'y a pas de travaux en soirée.»

Les travaux de reconstruction de la rue Dufferin... (Imacom, Julien Chamberland) - image 3.0

Agrandir

Imacom, Julien Chamberland

La conseillère Chantal L'Espérance ne croit pas que les travaux nuiront au spectacle Cow-boys. «Il y a toujours un accès possible à un bout à un autre de la rue Dufferin. Je n'ai jamais eu de problème à circuler dans le secteur. C'est certain que ce n'est pas l'idéal, mais en même temps, c'est une des plus vieilles rues de la ville. Ça ne m'étonne pas que les travaux doivent se prolonger. Les ingénieurs sont probablement aussi malheureux qu'on peut l'être devant ce délai.

«L'important est d'avoir un chemin pour se rendre au stationnement et à la place Abénaquis. Il faut composer avec ça. À Montréal, ils ferment des rues majeures pendant le Festival de jazz et les automobilistes arrivent à se diriger quand même. Il faut toutefois mettre toute la gomme pour que ce soit terminé avant les vacances de la construction. Nous avons une saison qui est courte pour faire les travaux. C'est sûr que ça donne un moins beau coup d'oeil, mais en même temps, le timing n'est jamais parfait. Ce n'est pas de la mauvaise volonté.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer