Gravir une montagne invisible

Olivier Émond, Karianne Beaubien, Mélanie Lemay et Wilson... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Olivier Émond, Karianne Beaubien, Mélanie Lemay et Wilson St-Jean partiront le 1er août à la conquête du Kilimandjaro. D'ici là, ils amassent des fonds pour la maison des jeunes Le Passage, à Haïti.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) «Ce ne sont pas juste les 5895 mètres qu'il faut monter. À l'instant même où on s'est inscrits pour faire le Kilimandjaro, on a commencé à monter. Le cheminement qui va nous mener jusqu'en Afrique est une montagne invisible.»

Cette montagne métaphorique dont parle Karianne Beaubien, c'est principalement la longue campagne de financement au profit de la maison des jeunes Le Passage, à Haïti, qu'elle réalise avec Olivier Émond, Mélanie Lemay et Wilson St-Jean. Le 1er août, les quatre amis iront gravir le Kilimandjaro en Tanzanie. Mais d'ici là, ils doivent chacun amasser 8400 $, dont 3000 $ iront directement à la maison des jeunes.

L'équipe ne chôme pas : vente d'épices, de roses, de café, partys de financement, soupers spaghetti, tirages, porte-à-porte... tous les moyens sont bons pour atteindre l'objectif! «Quelqu'un m'a demandé combien d'heures par semaine je mettais là-dessus... mais c'est incalculable, j'y pense toute la journée!» indique Olivier Émond. Les trois autres randonneurs approuvent.

Un projet qui transforme

D'ici la montée, les participants trouvent quand même le temps de s'entraîner un peu, principalement dans diverses montagnes estriennes. Mais ils sont pas mal certains que ce ne sera pas que leur cardio qui sortira grandi de cette aventure.

«C'est vraiment quelque chose qui change une vie. On pense que c'est quand on va revenir qu'on va changer, mais c'est vraiment tout au long du processus que ça se fait, explique Karianne Beaubien. On va prouver qu'on peut aller jusqu'en Afrique escalader une montagne, mais aussi qu'on est capables de prendre des décisions qui changent toute notre vie, et qu'on est capables d'absorber ce changement.»

Mélanie Lemay confirme que ce projet, ainsi qu'un voyage humanitaire et un stage en Colombie, ont déjà modifié certains aspects de sa vie. Alors qu'elle a complété un baccalauréat en politique, la jeune femme souhaite maintenant se réorienter en art-thérapie. «J'ai vraiment eu la piqûre des voyages, qui permettent de découvrir, d'évoluer et d'aider», relate-t-elle. Elle n'a même pas eu 24 h pour réfléchir avant l'inscription, et elle a fait le grand saut. «C'est la chose que je vais faire qui me sort le plus de ma zone de confort. Je n'ai rien fait qui m'a stressée comme ça avant», confie-t-elle.

La maison des jeunes Le Passage est un projet de construction d'un lieu d'écoute, d'activités et d'intervention auprès des jeunes de 12 à 18 ans dans le village de Jérémie en Haïti. C'est Wilson St-Jean, professeur d'éducation physique sherbrookois d'origine haïtienne, qui mène ce projet.

On peut donner un coup de pouce à l'équipe en visitant l'adresse www.lepassage-mdj.com/ou la page Facebook «Le Passage - Maison des jeunes». Pour toutes les contributions de 20 $ ou plus, un reçu pour don de charité est remis par le Carrefour de solidarité internationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer