CIUSSS de l'Estrie - CHUS: la réorganisation administrative est terminée

Patricia Gauthier...

Agrandir

Patricia Gauthier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Une étape majeure du régime minceur imposé au système de santé en Estrie a maintenant été franchie.

La réorganisation administrative, principale volonté découlant du projet de loi 10 et de la fusion du nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie - CHUS), est maintenant terminée. La présidente et directrice générale de l'établissement, Patricia Gauthier, l'a annoncé dans une conférence de presse visant à dresser un bilan des 100 premiers jours de cette nouvelle entité qui existe depuis le 1er avril.

« C'est un levier qui nous a permis de nous réorganiser rapidement administrativement et de générer des économies, a-t-elle mentionné. Dans toutes nos installations, on n'a pas vu de perturbations d'activités cliniques, tout le monde a tenu le fort pendant cette période de transformation. »

Un premier 100 jours qui aura vu le nombre de cadres administratifs diminué de près de moitié sur l'ensemble du nouveau territoire. Ils sont 75 anciens cadres à avoir volontairement quitté l'institution tandis que 60 d'entre eux sont toujours en attente d'être replacés, au sein même de l'établissement ou encore ailleurs dans le réseau de la santé, s'ils le désirent. Les employés administratifs, eux, devraient en savoir plus sur le sort qui les attend dès septembre. À terme, Mme Gauthier avance le chiffre de 9 M$ en économies annuelles récurrentes une fois les indemnités de départ versées, et ce, pour le volet administratif seulement.

Le volet de la réorganisation clinique, lui, s'amorcera sous peu avec comme objectif de ne supprimer aucun des 325 postes de cadres, mais plutôt de revoir les façons de fonctionner.

« Idéalement c'est zéro abolition, mais c'est certain qu'on va l'optimiser, indique Mme Gauthier. Si on n'a pas besoin de deux cadres pour faire le même travail, on en gardera un, mais l'intention ministérielle n'est pas nécessairement qu'on abolisse des cadres cliniques. »

Les économies devraient plutôt provenir de l'optimisation des pratiques. Mme Gauthier souhaite renforcer les premières lignes d'intervention afin de désengorger les listes d'attentes. La restructuration du secteur devrait être achevée d'ici le 15 octobre.

« Notre objectif, c'est de faire en sorte qu'on diminue nos délais à l'intérieur des nouvelles trajectoires pour les patients et que ce soit plus fluide pour les personnes, qu'ils aillent moins à se questionner » relate Mme Gautier.

Travail et incertitude chez les employés

Le grand ménage des 100 derniers jours a forcé plusieurs employés à empiler les responsabilités, particulièrement ceux qui ont été réaffectés à de nouveaux postes.

« Il y a eu une gymnastique où les gens devaient démontrer une certaine souplesse parce que parfois le cadre qui était responsable du secteur partait parce qu'il avait été nommé, mais nous on devait quand même assuré la gestion des opérations », souligne Stéphane Tremblay, directeur général adjoint de l'établissement.

Quant aux relations avec les 47 syndicats du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, la direction estime qu'en dépit des nombreuses coupures, ceux-ci se montrent compréhensifs.

« Les gens savent bien qu'on va avoir à se réorganiser, c'est de voir comment on peut en minimiser les impacts et pour ça on a besoin de travailler avec nos partenaires syndicaux. Lorsqu'on veut faire une transformation, on les consulte en leur demandant les enjeux qu'ils voient par rapport à ça », mentionne Gilles Michaud, directeur des ressources humaines de l'organisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer