L'événement Slide the city est annulé

Une glissade d'eau de 365 mètres devait être...

Agrandir

Une glissade d'eau de 365 mètres devait être installée dans la côte King pour permettre aux visiteurs de descendre sur des tubes gonflables.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il n'y aura pas de glissade d'eau géante au centre-ville de Sherbrooke cet été. Les promoteurs de l'événement Slide the city, qui devait se tenir dans le cadre de Bouffe ton centro, le 1er août, a annulé l'installation de sa glissade de 365 mètres (1200 pieds) puisque la prévente des billets n'a pas été concluante.

«C'était dans l'entente que s'ils ne vendaient pas assez de billets, ils pouvaient annuler. Parce que nous n'acceptions pas de payer les 90 000 $ nécessaires. Nous voulions que l'événement se tienne à coût nul», avance Philippe Cadieux, chargé de projet à Commerce Sherbrooke.

Pour ce faire, la vente d'environ 3000 billets était nécessaire. Il semble que seulement 150 avaient trouvé preneur. «La mise en marché ne permettait pas vraiment de maximiser la vente de billets. C'était quand même assez cher et les prix étaient en dollars américains. On voyait beaucoup de commentaires sur Facebook selon lesquels c'était trop cher», ajoute M. Cadieux.

Sur le site de Slide the city, où l'événement était toujours annoncé mardi, les forfaits variaient entre 28 et 42 $US. «L'organisation est décevante dans son professionnalisme et dans son écoute du marché québécois. Nous leur avions demandé que le prix des billets soit en dollars canadiens et nous pensions que la moitié des billets se vendraient le jour même ou quelques jours avant. Le promoteur nous disait qu'il n'avait jamais vu une aussi mauvaise prévente», explique pour sa part Jean-François Bédard, porte-parole de l'Association des gens d'affaires du centre-ville.

Philippe Cadieux mentionne que la prévente a été lancée vers le 15 juin et qu'il était déjà question d'annuler l'événement deux semaines plus tard. «Avoir su, nous n'aurions pas joint Slide the city à Bouffe ton centro. Je ne trouve pas qu'on a pris le temps d'essayer de faire de la promotion. Les gens n'en avaient pas encore entendu parler beaucoup. Nous préférions nous en dissocier tout de suite plutôt que de recevoir une facture plus tard. Ce n'est pas une bonne publicité pour le centre-ville, mais il fallait prendre une décision. Si nous nous étions retrouvés avec une facture, ni Commerce Sherbrooke ni l'Association des gens d'affaires n'avait les moyens de l'assumer. Et comme nous ne sommes pas promoteurs, ce n'était pas à nous de faire la publicité.»

M. Cadieux ne croit pas que cette annulation nuira à Bouffe ton centro. «L'objectif premier de l'événement est la revitalisation du centre-ville et la possibilité d'offrir une vitrine aux restaurateurs. Il ne reste que quelques places pour le souper organisé le vendredi soir au profit de la Fondation Rock-Guertin. Il y a déjà une soixantaine d'exposants qui seront présents le samedi.» 

Jean-François Bédard confirme qu'il n'y aura pas d'impact pour son événement gastronomique. «C'est sûr qu'on n'assumera pas 90 000 $ pour un promoteur qui ne fait pas ses devoirs pour maximiser la promotion. L'Association des gens d'affaires a des moyens limités.»

La première édition de Slide the city devait permettre de voir si l'événement pouvait devenir récurrent.

Pendant Bouffe ton centro le 1er août, les rues King, Wellington Nord, Webster et Meadow seront fermées. Entre 15 000 et 20 000 personnes sont attendues.

Slide the city se tiendra par ailleurs à Drummondville cette fin de semaine. Les billets y sont vendus entre 5 et 20 $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer