Une école de ski nautique électrique sur le lac des Nations?

L'École de ski nautique et de wakeboard Jean-Perrault ambitionne d'un jour... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'École de ski nautique et de wakeboard Jean-Perrault ambitionne d'un jour devenir la première école du genre à se doter d'une flotte 100% électrique.

C'était journée portes ouvertes, samedi, à l'école de ski nautique et les visiteurs ont eu l'occasion de voir et d'expérimenter le seul bateau électrique spécialement conçu pour le ski nautique au monde. Le prototype est produit par LTS Marine et offre une expérience de ski nautique très différente: aucun bruit de moteur, aucune odeur d'essence et une puissance de moteur équivalente sinon encore plus performante. Avec la commercialisation du produit, est-ce qu'un virage électrique est dans les plans de l'école sherbrookoise?

« C'est quelque chose qu'à moyen terme on aimerait avoir, reconnaît son trésorier, Alexandre Simard. Scénario idéal, l'an prochain, on en aurait un, mais je ne pense pas que c'est possible. »

Parmi les principaux obstacles soulevés, se trouvent l'autonomie encore insuffisante de la batterie ainsi que le coût d'acquisition trop élevé. « Il faut voir ce qu'on peut faire, il ne faut pas aller trop vite là-dedans et nous n'avons pas 125 000 $ à mettre non plus. C'est la Ville qui nous subventionne alors peut-être qu'à un certain moment leur subvention pourrait devenir la borne de rechargement », explique-t-il.

Le prix de base d'un bateau de ski nautique électrique se chiffre à près de 50 000 $, mais selon Jean-François Lavigne, président de LTS Marine, les écoles de ski nautique pourraient très bien s'adapter au modèle proposé.

« Je crois que pour une école, avec une borne de recharge rapide, on serait capable de faire un système qui fonctionne super bien. Ce serait une belle vitrine pour Sherbrooke d'avoir la première école de ski nautique électrique au monde », soutient-il.

L'école ainsi que LTS Marine demeurent en contact et avec le début de la commercialisation du bateau, l'école pourrait se montrer davantage intéressée. Certaines pistes sont déjà proposées afin de suivre la vague électrique, notamment le prêt d'une embarcation pour un été, un projet qui ne s'est pas pour l'instant matérialisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer