Sévigny n'exclut pas un troisième mandat

Le maire Bernard Sévigny n'exclut pas de solliciter un troisième mandat comme... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Le maire Bernard Sévigny n'exclut pas de solliciter un troisième mandat comme premier magistrat de la Ville de Sherbrooke. À deux ans et demi des prochaines élections municipales, il estime qu'il est trop tôt pour prendre une décision sans toutefois fermer la porte à une nouvelle candidature.

Interrogé à savoir si l'exercice d'optimisation, qui vise des économies récurrentes de 11 M$, servira de plate-forme électorale dans la préparation d'un troisième mandat, M. Sévigny n'a pas donné de réponse claire. «On est toujours en préparation. Ce qu'on veut, ce sont des résultats. Est-ce que ces résultats pourraient servir de tremplin? Est-ce que je pourrais me représenter en 2017? Je n'ai aucune idée. Deux ans et demi, c'est cinq éternités», a-t-il lancé.

«On reconnaît toujours l'arbre à ses fruits. Au moins ça fera partie du bilan du mandat. Nous pourrons dire que c'est ce que nous avons réalisé en termes d'optimisation pour en donner plus aux contribuables pour leur argent.»

En juin 2008, au congrès de fondation du Renouveau Sherbrookois, Bernard Sévigny avait pourtant été clair sur ses intentions et sur la nécessité de limiter le règne d'un maire à deux mandats. «Huit ans, ça me semble suffisant pour qu'un maire réalise ses objectifs. Après deux mandats de quatre ans, et on en a un exemple à Sherbrooke, il y a un risque de confusion des genres entre le poste et la personne, entre la Ville et le maire.» Il faisait alors référence à son prédécesseur Jean Perrault.

«Est-ce que deux mandats c'est suffisant? Non, la décision n'est pas prise à l'heure où on se parle. Peut-être que deux mandats seront suffisants, peut-être pas. Il faudra voir où nous serons rendus dans deux ans. Est-ce que ça peut prendre plus que deux mandats? Ce n'est pas écarté. Nous avons eu ce débat quand nous avons créé le parti en 2007-2008. Il en a été question. Est-ce que j'ai pris un engagement ferme? Non. Je n'écarte pas un troisième mandat, mais je ne vous annonce pas que j'en solliciterai un. Puisqu'il reste encore deux ans et demi, il peut arriver un tas de choses qui feront que j'irai ou que je n'irai pas. Je suis loin d'y avoir réfléchi.

«Une empreinte peut se laisser sur huit ans, sur quatre ans, sur deux ans, ça dépend de la façon de faire. Je ne suis pas du genre à dire que je dois léguer des choses qui se voient. Depuis que je suis arrivé à la mairie, nous avons vécu une situation financière assez singulière avec le déficit des caisses de retraite. Nous nous sommes donné des paramètres pour maintenir la dette sous les 100 % du budget et le service de la dette sous les 15 %. Pourquoi nous réussissons à atteindre ces objectifs pour limiter l'endettement? C'est parce que nous n'avons pas réalisé de mégaprojet au cours des cinq dernières années. Ça dépend de ce que nous voulons laisser comme héritage à la communauté.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer