L'appui à Raif Badawi ne se dément pas

Une 25e vigile en appui à Raif Badawi... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Une 25e vigile en appui à Raif Badawi a eu lieu hier devant l'hôtel de ville de Sherbrooke.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(SHERBROOKE) Mercredi marquait le troisième anniversaire de l'emprisonnement de Raif Badawi. La semaine aura été chargée en émotion pour Ensaf Haidar, la femme de Raif Badawi, alors que tout semble soudainement bouger très rapidement pour la cause.

«Je n'ai pas le choix de me battre», commence-t-elle. «Je dois être celle qui se bat le plus pour Raif parce que ce sont mes enfants qui souffrent le plus de son absence», raconte-t-elle la gorge nouée. «Je dois me battre et faire connaître la cause de Raif le plus possible», poursuit Ensaf Haidar.

Il faut rappeler que jeudi, lui a été remis par les ministres de l'Immigration et des Relations internationales, Kathleen Weil et Christine St-Pierre, le certificat de sélection du Québec pour motifs humanitaires émis au nom de M. Badawi. «C'est un appui important qui donne beaucoup d'espoir», a-t-elle signifié. «Je les remercie pour ce geste qui facilitera l'entrée de Raif au Québec une fois qu'il sortira de prison», soutient-elle.

Un autre appui majeur lui a été offert par Bono, le chanteur de U2, et ses admirateurs. Ensaf a confié être très émue par ce geste et par l'ajout massif de 20 000 signatures à la pétition disponible sur le site d'Amnistie Internationale. Elle ajoute que Raif, son mari, est un grand adepte du groupe. «Quand il va savoir ça, il va être très content», dit-elle, tout sourire.

25e vigile

Près d'une cinquantaine de personnes s'étaient déplacées pour la 25e vigile organisée hier afin de soutenir le blogueur emprisonné qui n'a pas reçu de coups de fouet cette semaine. Une lecture de quatre extraits du recueil 1000 coups de fouet, disponible depuis peu en librairie, a marqué le début de l'événement. Chaque extrait soulignait les valeurs importantes pour Raif Badawi, soit la laïcité, la liberté d'expression, l'égalité et la mixité.

Cette vigile, qui devait être la dernière, a connu tant de succès que le rassemblement sera maintenu aussi longtemps que les gens se mobiliseront. Janes Hospes, d'Amnistie Internationale, souligne toutefois que les militants devront se trouver un nouveau lieu de rassemblement puisque les devants de la mairie seront occupés par les Concerts de la cité dès la semaine prochaine.

Françoise, l'une des militantes s'est dite très fière que le Québec ait bougé pour soutenir M. Badawi. Jacqueline, qui est aux vigiles depuis le début, croit que les annonces de cette semaine donneront un nouveau souffle au mouvement d'appui. «La nouvelle envoyée par l'Arabie Saoudite qu'on avait reconduit la sentence, c'était décourageant. Mais là, on dirait que ça repart», souligne-t-elle. «Il y a encore plus de gens qui s'ajoutent à cette lutte. Ça traduit beaucoup d'espoir», ajoute la militante aguerrie.

Aujourd'hui, Mme Haidar et ses enfants déménagent dans un nouveau quartier de Sherbrooke. Visiblement, la combattante n'a pas deux petites secondes pour souffler. «C'est parce qu'elle peut compter sur l'aide de ses amis, d'Amnistie Internationale et de sa famille adoptive», précise Janes Hospes.

Partager

À lire aussi

  • Plus que jamais, Sherbrooke est Raif

    Actualités

    Plus que jamais, Sherbrooke est Raif

    Plus que jamais, Sherbrooke est Raif Badawi. À la suite d'un discours du maire Bernard Sévigny devant l'hôtel de ville, jeudi après-midi, deux... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer