Bono a fait une promesse à Ensaf Haidar

Le chanteur Bono... (Archives La Presse)

Agrandir

Le chanteur Bono

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Bono a promis à Ensaf Haidar qu'il allait continuer de parler en faveur de la libération de son mari Raif Badawi.

La promesse a été faite lors d'une rencontre d'une dizaine de minutes dans les loges du Centre Bell alors que le groupe irlandais U2 se préparait à monter sur scène, mercredi, pour une quatrième fois en six jours.

«Il a été très gentil. Il m'a dit : je suis avec vous. Il m'a donné de l'espoir», a confié l'épouse du blogueur saoudien qui vit à Sherbrooke avec ses enfants depuis 2013.

Lors de la rencontre avec la vedette mondiale, Ensaf Haidar était accompagnée de déléguées d'Amnistie Internationale, notamment de sa fidèle alliée Mireille Elchacar qui a agi à titre de traductrice entre les deux interlocuteurs.

«Bono connaissait déjà le combat de Raïf et il avait appris le nom des trois enfants de Raïf et Ensaf avant la rencontre. Il a insisté pour que je traduise chaque mot du message d'Ensaf. Puis il a promis d'en parler le soir même et de continuer à soutenir Raïf et sa famille en continuant d'en parler à l'avenir. On le sentait vraiment très sincère», a raconté la coordonnatrice pour Amnistie internationale en Estrie, Mireille Elchacar, ajoutant que tous les membres du groupe sont venus saluer l'épouse de Raïf Badawi.

«Nous croyons qu'il y a de bonnes personnes en Arabie saoudite qui entendront ce message, qui entendront vos voix venues de ce merveilleux pays.»


Sur scène, alors qu'apparaissait sur l'écran géant une photo de Raïf Badawi entouré de ses trois enfants, le chanteur a lancé un message d'espoir et un appel à la solidarité.

«Nous croyons qu'il y a de bonnes personnes en Arabie saoudite qui entendront ce message, qui entendront vos voix venues de ce merveilleux pays. Et qu'ils vous écouteront. Vous pouvez demander à votre premier ministre de joindre sa voix à la vôtre. Et je sais qu'il le fera. Alors quand les prisonniers pour qui Amnistie se bat, particulièrement Raïf Badawi, seront libérés, et ils seront libérés, ce sera un beau jour», a lancé Bono avant d'entamer, accompagné d'une mer de cris et d'applaudissements, la chanson Pride (In The Name of Love).Il a ensuite enchaîné avec la chanson Beautiful Day. «Beautiful Ensaf, beautiful Ensaf, quand ton mari sera libéré, ce sera, oui, un Beautiful Day», a-t-il soufflé dans le micro alors qu'était projetée à l'écran du Centre Bell l'image en direct de l'épouse de Raïf Badawi.

Bien que son mari soit un fan de U2, Ensaf Haidar connaissait bien peu le groupe rock et elle a seulement réalisé l'ampleur de sa popularité en voyant le spectacle et tous ces gens qui y assistaient.

«Ensaf était très émue et très touchée», a confié Mireille Elchacar.

La prise de parole de Bono lors de la soirée a eu un impact sur le nombre de signatures récoltées pour la pétition «Free Raïf» par les délégués d'Amnistie Internationale qui sillonnaient le Centre Bell. Seulement mercredi, 2000 signataires ont répondu à l'appel. Il est trop tôt pour savoir combien de signatures ont été accumulées pour l'ensemble des spectacles à Montréal.

Ensaf Haidar n'a pas parlé à son mari depuis une douzaine de jours. Ce dernier ne sait donc pas encore que Bono a pris position en sa faveur devant les foules. «Il sera très heureux», prédit son épouse.

Ensaf Haidar était toujours à Montréal, hier, alors qu'elle recevait le Certificat de sélection du Québec pour motifs humanitaires émis à Raif Badawi. Lors d'une cérémonie spéciale, Ensaf Haidar a reçu le certificat des mains de Kathleen Weil, ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, et Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Rappelons qu'un Certificat de sélection du Québec pour motifs humanitaires est remis notamment au cours de circonstances exceptionnelles à une personne à l'étranger, lorsque celle-ci est en situation de détresse. M. Badawi, toujours détenu en Arabie saoudite, pourra, grâce à l'obtention de son Certificat de sélection du Québec, poursuivre ses démarches d'immigration auprès du gouvernement canadien.

Voilà l'appel de U2 hier soir. Le but c'est de propager cette pétition à M. Harper. Le but c'est qu'il entende le bruit et qu'il en fasse plus pour faire libérer Raif Badawi. www.Jesuisraif.ca/Harper Merci #FreeRaif

Posted by Béatrice Vaugrante on 18 juin 2015
Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer