Terrains de soccer: Godbout veut un plan de réfection

La situation des terrains de soccer fermés à de multiples occasions en raison... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La situation des terrains de soccer fermés à de multiples occasions en raison des conditions météorologiques a rebondi au conseil municipal lundi. La conseillère Annie Godbout, qui s'est avouée « soccer mom », a qualifié la situation de « très préoccupante ».

« Nous devons agir, même si nous n'avons pas de contrôle sur la météo. Il faut prendre le taureau par les cornes. J'ai reçu des courriels de parents mécontents. C'est la fragilité de nos terrains de soccer qui est mise en cause et non pas la sécurité. On a un plan de réfection des piscines, alors pourquoi ne pas avoir un plan de réfection des terrains de soccer? Je sais qu'il existe une liste de terrains avec un indicateur de fragilité, mais il faut aller plus loin. Il faut faire une évaluation financière des investissements requis. Ce n'est pas avec un coup de baguette magique qu'on règlera la situation une bonne fois pour toutes », a-t-elle lancé.

Mme Godbout souhaite aussi éviter les solutions « mur à mur » qui font en sorte de fermer tous les terrains pour toutes les clientèles à la fois. « Il faut des plans B. Il faut être plus créatifs pour trouver des solutions. Un enfant de 6 ou 7 ans fait moins de dommages sur un terrain qu'un adulte. »

Le président du comité du sport et du loisir, Vincent Boutin, s'est montré ouvert aux suggestions. « Un plan de réfection des terrains est une excellente idée que je veux travailler le plus rapidement possible. Ce sera au conseil municipal, lors du budget, de décider si on va avec ce genre de mesure, mais je comprends Mme Godbout que j'aurai votre appui lorsque j'en ferai la proposition. »

Il a aussi mentionné que la Ville avait rectifié sa politique la semaine dernière pour permettre aux jeunes enfants de jouer sur les terrains. « La Ville a une responsabilité, mais les clubs peuvent aussi revoir leurs façons de faire. »

Vincent Boutin avait d'ailleurs tenu à faire un état de la situation un peu plus tôt en soirée. « En début de saison, nous sommes toujours plus prudents sur l'ouverture et la fermeture des terrains. Si on ouvre trop hâtivement, il est difficile de les réchapper dans le reste de l'année et ça peut occasionner des blessures. Tous les terrains ne sont pas bien drainés, mais dans la majorité des cas, nos terrains passent la rampe. Un terrain qui est trop drainé, ce n'est pas mieux parce qu'en juin, il sera en excellente condition, mais aux mois de juillet et août, lorsque les pluies sont plus rares, on se ramasse avec des terrains trop secs, trop durs, et ça augmente les risques de blessures. »

« Certains pensent qu'on pourrait peut-être louer le centre Roland-Dussault pour faire jouer nos jeunes, mais il faut être prudent avec ça parce que ce sont seulement trois terrains qui pourraient servir alors que nous comptons 46 terrains à la Ville. La solution ne se trouve pas là à mon avis. Le soccer joue peu ou pas le week-end. C'est peut-être une solution à envisager pour pallier les journées qu'on manque. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer