Plan d'optimisation: déjà 3 M$ d'économies

Gaétan Drouin... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Gaétan Drouin

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) En un an seulement, la Ville de Sherbrooke a atteint le quart de son objectif de réduction des dépenses en lien avec son plan d'optimisation. Les économies récurrentes sur la masse salariale et le budget de fonctionnement frôlent les 3 M$ sur une cible de 11 M$.

La plus grande économie, chiffrée à 1,1 M$, se concrétise grâce à la réforme des loisirs, des parcs et des services de proximité. Quant à la masse salariale, elle s'est allégée de l'équivalent de 42 postes à temps complet grâce au principe d'attrition. Du nombre, 14 postes sont liés à la réforme alors que 19 postes permanents supplémentaires ont été abolis.

Gaétan Drouin, directeur général adjoint à l'optimisation et à la sécurité publique de la Ville de Sherbrooke, hésitait à qualifier l'évolution du plan d'optimisation. « Nos directions de service ont jusqu'au 31 décembre 2017 pour atteindre l'objectif. Chacun des services a ses propres difficultés en fonction de ses activités et des départs à la retraite. Nous sommes très heureux de la participation de tous les services et plusieurs dossiers continuent de cheminer. Je trace un bilan positif de nos activités. Nous sommes conscients que c'est beaucoup d'effort et que c'est du jamais vu à la Ville de Sherbrooke. »

La Ville a par ailleurs mis sur pied une équipe de soutien à l'optimisation. Elle est composée de dix personnes qui seront dégagées à temps plein ou à temps partiel à partir de septembre pour réaliser des projets d'amélioration continue. L'objectif est de ne pas remplacer le personnel dégagé pour ces mandats.

Nicole Bergeron a démontré une grande préoccupation de dégager des ressources à l'interne pour réaliser ces tâches. « J'aurais vraiment besoin de me faire réconforter par rapport à ça. Je le vis à l'arrondissement avec un directeur qui se partage entre deux arrondissements. C'est loin de se faire facilement. Je me demande jusqu'à quel point on peut compresser le citron. Les gens que nous libérons, je ne crois pas qu'ils se tournent les pouces à l'heure actuelle. Qui fera leur travail lorsqu'ils seront libérés? »

« Nous cherchons à réviser l'ensemble des processus pour les améliorer. Différents chantiers vont démarrer cet automne pour nous remettre en question dans nos façons de faire. C'est perçu comme une plus-value dans l'entreprise. Dans deux ou trois ans, nous garantissons un poste dans l'organisation à ces individus, qui contamineront de façon positive les autres employés. C'est une façon de donner le juste service à la population. Nous surveillons la situation de près et il est possible que nous devions remplacer certaines de ces personnes », répond Gaétan Drouin.

Pour l'année 2016, ce sont 34 employés qui sont admissibles à la retraite à la Ville de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer