Coupes en éducation: «Nous lançons un cri du coeur»

Le comité de parents de la CSRS n'entend pas demeurer les bras croisés et... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le comité de parents de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n'entend pas demeurer les bras croisés et accepter sans rien faire les coupes budgétaires dans les écoles.

Le regroupement rejette en bloc les restrictions imposées de 2,6 M$ qui s'ajoutent à celles de 15 M$ effectuées au cours des dernières années.

Mercredi soir, les représentants du comité de parents ont rencontré la direction de la CSRS pour prendre connaissance de l'ampleur des compressions à venir.

«Malgré le travail fait par le conseil des commissaires de la commission scolaire pour respecter les demandes ministérielles, nous refusons toutes compressions et ne trouve pas pertinent d'en faire un débat», affirme fermement Judith Lavallée, présidente du comité de parents de la CSRS

«Ainsi, le comité de parents signale son désaccord sur les décisions envisagées et prises par le gouvernement actuel. Les parents dénoncent les coupes dans les services dont le but est d'atteindre l'équilibre budgétaire à tout prix, sans tenir compte des impacts réels sur les élèves.»

Les enfants ne doivent pas être les victimes des restrictions budgétaires. L'éducation demeure le ciment d'une société comme la nôtre.

Mme Lavallé est convaincue que les compressions provoqueront une réduction des effectifs et en une augmentation des tarifs imposés aux parents pour divers services.

«Les parents ne doivent pas être les pourvoyeurs d'un système d'éducation présumé gratuit. Il est grand temps que le gouvernement cesse ses compressions dans le réseau de l'éducation pour le Québec de demain», dit-elle.

«Nous lançons un cri du coeur. On ne peut plus sabrer l'éducation. Nous ne voulons pas rester inertes.»

En s'opposant publiquement contre les compressions, le comité de parents espère avoir de l'influence sur les commissaires de la CSRS. «Habituellement, nous avons un bon pouvoir d'influence sur le comité des commissaires», ajoute Mme Lavallée.

«Est-ce que les compressions vont faire que les écoles vont couper dans les activités, les services, les sorties? Va-t-on demander aux parents de payer les photocopies.»

Le comité de parents de la CSRS vient de joindre le mouvement provincial de la Coalition des parents pour l'école publique. Des actions seront menées régionalement, note Judith Lavallée, mais aussi en concordance avec la mobilisation à travers le Québec.

La Coalition des parents pour l'école publique s'est fait connaître pour avoir lancé un mouvement de chaines humaines pour protester contre les coupes en éducation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer