Gouvernance: une exception pour Brompton

Bernard Sévigny et Pierre Moreau... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Bernard Sévigny et Pierre Moreau

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le maire Bernard Sévigny s'est vu dans l'obligation de défendre le statut particulier du futur district de Brompton devant le scepticisme du ministre Pierre Moreau, qui y voyait la création d'un précédent. En fin de journée, les parlementaires ont accepté de faire de Brompton un cas d'exception au Québec.

« Selon le projet de loi, la délimitation du district de Brompton serait permanente, ce qui aurait pour effet d'éliminer la juridiction de la commission de la représentation électorale et viendrait déséquilibrer de façon permanente la représentativité au sein du conseil », a avancé le ministre Moreau.

Prenant exemple sur des cas semblables au Saguenay et aux Îles-de-la-Madeleine, il proposait de limiter à deux mandats le statut particulier du district, accordé dans la réforme de la gouvernance, pour ensuite revenir aux recommandations de la commission de la représentation.

Le maire Sévigny a refusé de plier, plaidant pour une plus grande autonomie municipale. « Historiquement, Brompton a une identité très forte. Sans cette garantie, on reviendrait à diluer cette communauté dans la masse. C'était ça le fruit de notre réflexion. »

Les représentants de l'opposition se sont rangés derrière le maire. « Je suis mal à l'aise d'adopter une modification qui n'aurait pas fait l'objet d'un débat », a commenté le député de Blainville Mario Laframboise.

« Cet amendement irait à l'encontre de toutes les justifications exprimées aujourd'hui », a ajouté le député de Gaspé Gaétan Lelièvre.

Les députés de Sherbrooke et de Richmond, Luc Fortin et Karine Vallières, ont aussi penché du côté de Bernard Sévigny. « Le statut particulier est une forme de respect. Est-ce qu'on n'est pas ici pour changer les choses? Je souhaite le maintien du statut spécial », a mentionné Mme Vallières.

Le ministre Moreau a plié et a accepté l'exception.

« C'est un grand jour pour la démocratie parce que les parlementaires ont bien entendu les représentations des gens de Brompton. Ils n'ont pas été insensibles malgré ce qu'on peut penser. Tout le monde gagne. Nous avons protégé cette communauté. Ça permettra à Brompton de demeurer Brompton, avec 6500 habitants, alors qu'on parle de 13 000 pour les autres districts », s'est réjoui Bernard Sévigny.

Le maire a ajouté militer en faveur de ce statut spécial depuis longtemps et qu'il s'agissait notamment d'une des raisons justifiant la tenue d'un lac-à-l'épaule sur la gouvernance en février 2014.

jonathan.custeau@latribune.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer