Les commerçants du boulevard Industriel et la Ville près d'une entente

François Bernard et Jean Grégoire... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

François Bernard et Jean Grégoire

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Les commerçants du boulevard Industriel et la Ville de Sherbrooke se rapprochent d'une entente sur le partage des coûts d'urbanisation de cette artère commerciale. À la sortie d'une nouvelle rencontre d'une quarantaine de minutes avec le maire Bernard Sévigny et le président du comité exécutif Serge Paquin, mardi, le porte-parole des 17 propriétaires riverains, Jean Grégoire, se disait satisfait.

«Notre cheminement s'est fait et nous sommes prêts à payer notre partie des travaux à 50-50. C'est sur la répartition des coûts avec le surdimensionnement que nous voulions avoir des éclaircissements. Il est vrai que nos terrains prendront de la valeur, mais c'est sur les vrais chiffres que nous voulons plus de précision», a lancé M. Grégoire d'entrée de jeu, qualifiant la rencontre de cordiale.

Rappelons que selon les premières évaluations, la facture refilée aux commerçants s'élevait à 669 000 $. Après une révision complète du processus, la proposition de la Ville d'un partage de coûts à parts égales ramenait le montant à payer pour les 17 propriétaires à 358 296 $.

«Selon nos évaluations, nous sommes rendus entre 200 000 $ et 275 000 $. Nous estimons qu'il y a des bandes sur le côté que nous n'avons pas à payer. Dans les règlements de la Ville, ce qui est du surdimensionnement doit être à la charge de la Ville. C'est donc une discussion de chiffres. La différence est importante pour nous. Si on économise encore 50 000 $, ce sera beaucoup.»

Ouverture

Le maire Bernard Sévigny se montre ouvert à de nouvelles vérifications, mais mentionne qu'il n'est pas question de négocier davantage. «Ce n'est peut-être pas unanime parmi les 17 propriétaires riverains, mais les gens conçoivent qu'il y aura un partage des coûts liés à la canalisation. Sur les plans technique et légal, il reste quelques éléments à vérifier, donc nous demanderons à nos services de vérifier. Ce n'est pas une négociation, mais de vérifier si un coût fait partie du concept de surdimensionnement, ce qui serait à la charge de la Ville, ou non, ce qui serait à la charge des propriétaires. S'il y a des montants qui ne sont pas dans la bonne colonne, nous les ajusterons.»

M. Sévigny espère revenir avec une réponse vendredi ou au début de la semaine prochaine. «C'est clair qu'il faut que ce soit dans les prochains jours parce que le chantier se poursuit.»

Parallèlement, le directeur des grands projets, Denis Gélinas, s'est rendu sur le boulevard Industriel pour rencontrer chacun des propriétaires. La Ville retirera des bandes médianes qu'elle comptait ajouter dans les plans d'urbanisation. «Certains auraient eu beaucoup de misère à entrer dans leur cour avec des camions avec les aménagements proposés. Ça mettait leur commerce en péril. Les ingénieurs nous ont écoutés et ont compris nos problèmes, qui sont réglés à environ 99 %», commente Jean Grégoire.

Des terre-pleins seront donc remplacés par du marquage au sol.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer