Produit d'appel: Destination Sherbrooke choisit la firme montréalaise 4U2C

Destination Sherbrooke a choisi la firme montréalaise 4U2C pour conceptualiser... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Destination Sherbrooke a choisi la firme montréalaise 4U2C pour conceptualiser le futur produit d'appel sherbrookois. Le comité exécutif de la Ville de Sherbrooke a confirmé mardi matin qu'un budget d'immobilisation de 50 000 $, pigé à même la somme résiduelle disponible dans le projet des fontaines animées, pouvait être consacré à développer ce concept.

 Jean-François Ouellet... (Archives La Tribune, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

 Jean-François Ouellet

Archives La Tribune, Frédéric Côté

La firme 4U2C, que La Tribune avait rencontrée l'automne dernier lors d'une visite de reconnaissance autour du lac des Nations, lieu visé pour établir le produit d'appel, est connue pour son travail dans les spectacles de Céline Dion au Québec et en Europe. La firme a aussi collaboré avec le Cirque du Soleil, Véronic Dicaire et le Canadien de Montréal. Elle est notamment responsable des projections en trois dimensions sur la glace du Centre Bell. La cérémonie d'ouverture des Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes 2014 figure aussi sur sa liste de réalisations.

Concrètement, 4U2C disposera d'environ trois mois pour élaborer un concept et produire une maquette. Après la livraison, prévue cet automne, Destination Sherbrooke pourrait aller en demande budgétaire auprès de la Ville de Sherbrooke pour permettre la réalisation du projet à l'extrémité est du lac des Nations dès 2016. Le produit pourrait aussi mettre en valeur la gorge de la rivière Magog.

« C'est vraiment le portfolio de 4U2C et leur capacité à livrer un produit unique qui nous a permis de prendre une décision. Nous nous étions dotés d'une grille d'évaluation à laquelle nous avons soumis les huit firmes que nous avons rencontrées. Nous avons évalué le potentiel créatif et certaines grandes lignes du concept comme la notion d'interactivité du produit et le potentiel d'utiliser différentes technologies », explique Jean-François Ouellet, directeur à l'innovation et au développement à Destination Sherbrooke.

« Le contact était aussi très important parce que nous souhaitons entretenir une relation harmonieuse à long terme avec la firme choisie », ajoute-t-il.

Selon la grille, la firme européenne Aquatic Show obtenait aussi un bon résultat. Le fait que Moment Factory soit engagé dans Foresta Lumina à Coaticook et HB Pictures dans Légendes à Magog n'aurait eu aucune incidence sur la décision de Destination Sherbrooke. « La grille n'identifiait d'aucune façon les engagements des firmes dans les autres villes. Ce sont toujours des compagnies qui mènent plusieurs projets de front de toute façon. »

«Nous pensons qu'ils seront capables d'allier différentes technologies et d'aller chercher des collaborateurs pour les technologies qu'ils maitrisent moins.»


Pourquoi 4U2C? «Nous pensons qu'ils seront capables d'allier différentes technologies et d'aller chercher des collaborateurs pour les technologies qu'ils maitrisent moins. Les gens de 4U2C sont ouverts à travailler avec des Sherbrookois pour optimiser le projet. »

Jean-François Ouellet affirme n'avoir aucun aperçu du concept qui pourrait être développé. « Je sais seulement qu'ils cogitent depuis qu'ils sont venus et qu'ils ont commencé à faire des scénarios. »

Il est trop tôt pour savoir si une quelconque forme de paiement pourrait être exigée des visiteurs pour profiter de l'éventuel produit d'appel.

Il n'a pas été possible de parler au président de 4U2C, Yves Aucoin, qui se trouvait à l'extérieur du pays mardi. Il a néanmoins réagi par voie de communiqué. « Sherbrooke, avec son lac des Nations, est un environnement inspirant. La proximité de cette scène naturelle avec la ville, la nature et le public représente à la fois un défi et une motivation créative. »

En octobre dernier, il s'était laissé inspirer. « Autour du lac, la luminosité ne semble pas trop polluante. Il y a donc une possibilité d'amener un élément de magie. Pour nous permettre de durer, nous ne pourrons pas arriver avec une recette toute faite. Nous avons à coeur de travailler avec le milieu pour répondre à ses besoins. Il faudra que l'expérience soit participative, qu'il ne s'agisse pas que de contemplation, et que les gens vivent des émotions », avait-il dit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer