25 commerces de moins à la fin de l'an dernier

Louisda Brochu... (Archives La Tribune)

Agrandir

Louisda Brochu

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le taux d'inoccupation des locaux commerciaux sherbrookois a augmenté en 2014, passant de 6,22 à 7,96 %. Au net, ce sont 863 locaux commerciaux inoccupés en 2014 contre 739 en 2013. Il s'agit de la principale ombre au tableau du bilan 2014 que Commerce Sherbrooke présentait hier aux élus sherbrookois à l'occasion d'une séance de travail publique.

C'est dans l'arrondissement de Jacques-Cartier, où la construction plus importante dans la dernière année a entraîné des déplacements, où l'on retrouve davantage de locaux vides. La donnée s'expliquerait aussi par la fermeture de surfaces importantes comme Brico-Max et Meubles Ashley.

«Il y a de nouveaux locaux qui ont été construits de façon importante qui créent une pression sur les locaux inoccupés. On ne peut pas dire que c'est alarmant. Si on se compare à la moyenne provinciale, nous nous comparons avantageusement. Au total, nous avons 121 nouveaux commerces à Sherbrooke en 2014. Il y a quand même un dynamisme sur le terrain», commente le président de Commerce Sherbrooke Louisda Brochu.

Toutefois, la création de ces nouveaux commerces exclut toutes les fermetures. Au net, Sherbrooke comptait 25 commerces de moins à la fin de l'an dernier. «L'an dernier, nous avions une perte nette de plus de 60 commerces. Il y a donc une amélioration sensible pour la performance de Sherbrooke», précise Gilles Marcoux, directeur général de Commerce Sherbrooke.

Le conseiller Marc Denault a d'ailleurs cherché à savoir si un plan de revitalisation du type Rues Principales pouvait être mis en place pour l'arrondissement de Jacques-Cartier. «Notre mandat, nous le recevons directement du conseil municipal. Lorsqu'on parle d'animation et de revitalisation du milieu, nous avons cinq secteurs délimités où nous avons un mandat précis de la part du conseil de développer un plan particulier. Nous ne pourrons pas offrir le niveau de service actuel si nous allons dans d'autres secteurs», a réagi Louisda Brochu.

Bonnes nouvelles

Au secteur des bonnes nouvelles, Commerce Sherbrooke a traité 174 dossiers en 2014, dix de plus que l'année précédente. Ces démarches ont mené à l'implantation de 21 projets qui ont créé 130 emplois.

Le bilan annuel rapporte également une hausse de 5,1 % du nombre d'emplois dans le commerce de détail et de services pour l'ensemble de la région métropolitaine de Sherbrooke. Il est impossible d'avoir une donnée précise pour la seule ville de Sherbrooke. «Nous pouvons être positifs. Oui, il y aura des pertes d'emplois, mais il y aura aussi des créations. Avec la fermeture de Target, nous commençons 2015 avec 150 emplois de moins, mais nous sommes dans une courbe. Nos indicateurs montrent une certaine embellie en 2014. Les mesures de coupe et d'austérité viennent ralentir cette croissance, mais j'ai espoir que nous maintiendrons la croissance de l'offre de qualité», mentionne Gilles Marcoux.

«Les entrepreneurs sherbrookois doivent composer avec un écosystème de plus en plus complexe. Pour 2015, Commerce Sherbrooke souhaite maintenir et bonifier ses activités en travaillant sur l'objectif absolu d'offrir aux citoyens une desserte commerciale cohérente», ajoute M. Brochu.

Enfin, 2014 aura été l'année où Commerce Sherbrooke aura lancé le projet «Branchez-vous!» pour aider les entreprises à faire leur entrée sur le web. C'est aussi l'année où le Programme d'aide à la rénovation des locaux commerciaux et façades a attiré le plus d'investissements privés depuis 2007. Pour chaque dollar public investi, ce sont environ 14 $ d'investissement privés qui ont été réalisés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer