Fête de la Pêche: des lignes à l'eau pour l'avenir

De nombreux jeunes ont eu l'occasion de mordre pour une première fois à... (La Tribune, Alexandre Faille)

Agrandir

La Tribune, Alexandre Faille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) De nombreux jeunes ont eu l'occasion de mordre pour une première fois à l'hameçon de la pêche cette fin de semaine.

La Fête de la Pêche, événement annuel qui se tenait pour une 15e édition au parc Lucien-Blanchard de Sherbrooke de vendredi à hier, a permis à de nombreux jeunes de la région de s'initier à cette activité grâce à « Pêche en Herbe », une séance de formation d'une heure offerte gratuitement aux jeunes de 6 à 17 ans.

L'occasion était belle puisque en plus des précieux apprentissages, un permis de pêche valide jusqu'à la majorité était délivré, lui aussi gratuitement, de sorte que les abords de la plage Lucien-Blanchard étaient bondés de jeunes munis de cannes à pêche.

Parmi ceux-ci, Mateo Gaviria, celui qui n'a pas peur de prendre un ver de terre dans ses mains.

« J'ai déjà été à la pêche avec mon grand-père, c'est avec lui la première fois que j'ai commencé à mettre des vers de terre et je me suis habitué et après, on a été en camping, je me suis encore plus habitué », explique-t-il.

Son expérience a été profitable pour ses amis qui, eux, n'osaient pas toucher au lombric avant de voir Mateo le découper en plusieurs morceaux et le partager entre toutes les cannes à pêche.

Intergénération

Pour Jacques Bernard, l'occasion était belle pour initier ses petits-enfants à ce sport et leur offrir, par le fait même, le fameux permis de pêche.

« C'est une initiation à la patience que ça prend pour pêcher et à la patience que ça prend pour arranger les lignes », lance-t-il justement en s'affairant à préparer la canne de son petit-fils Guillaume.

Celui-ci n'est pas le seul à avoir été initié par ses grands-parents, Mat Blanchet aussi.

« Nous on va des fois avec nos grands-parents faire de la chaloupe et on pêche », indique-t-il.

Mais qu'est-ce que tous ces jeunes aiment tant de la pêche?

« Attraper des poissons! » répond rapidement Jonathan Tremblay.

Des poissons, il ne s'en était pas encore attrapé beaucoup, mais c'est connu, à la pêche, la patience est de mise.

11 000 $ pour une truite

D'ailleurs, la patience est parfois sacrément bien récompensée. La Sherbrookoise Francine Audet en sait quelque chose : en attrapant la truite étiquetée numéro 72 dans l'étang Saint-Francis, elle a mérité... un prix de 11 000 $! Il fallait attraper le poisson, mis dans l'eau par Lachance Chasse et Pêche, avant 14h hier pour que la récompense soit valide.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer