Investissement d'EEQ : pensée magique, selon Verre-Vert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Le comité Opération Verre-Vert qualifie de «pensée magique» la volonté d'Éco Entreprises Québec (EEQ) de moderniser les centres de tri afin d'éviter la consigne sur les bouteilles de vin.

Jeudi, EEQ a annoncé son intention d'investir 40 millions sur une période de cinq ans pour moderniser les centres de tri afin de traiter tout le verre qui se trouve dans les bacs de recyclage.

La présidente-directrice générale de l'organisme faisait valoir que 50 % des contenants de verre qui se trouvaient dans les bacs de recyclage n'étaient pas des bouteilles de vin, mais divers bocaux et bouteilles. Si on retire les bouteilles de vin en raison de l'application d'une consigne, on vient fragmenter la source de matière pour les transformateurs.

«On va doubler les coûts en ajoutant en parallèle un système qui va exiger des infrastructures», a-t-elle déploré.

Elle affirmait également qu'il n'y a pas plus de débouchés pour un contenant consigné que pour un contenant mis dans un bac de recyclage.

Contacté par La Tribune, Jean-Claude Thibault, porte-parole de Verre-Vert, affirme que la présidente d'EEQ fait de la désinformation.

«C'est intéressant de voir que pour eux [EEQ], la solution miracle passe absolument par une nouvelle technologie qui va tout régler. Le bémol c'est que le chiffre qu'ils avancent ne tient pas compte de l'entretien des machines qui coûte extrêmement cher puisque le verre les brise facilement», soutient M. Thibault.

Selon le porte-parole, ce serait une erreur d'investir dans une technologie visant à séparer des matériaux qui ont été mélangés préalablement.

«Il faut trier à la source. Au Québec, nos matières recyclées perdent énormément de valeur, environ 50 %, puisqu'il y a trop de contaminants. Nous nous sommes informés et 99,9 % du verre qui arrive dans les centres de tri est brisé en millions de morceaux à cause du transport. Ça contamine le papier, le carton, le plastique...», se désole M. Thibault.

Le résidant de Racine cite une étude réalisée par le Centre de recherche industrielle du Québec qui conclue qu'il n'est pas rentable pour les centres de tri traitant moins de 10 000 tonnes par année d'investir dans une technologie visant à traiter le verre.

«Ce genre de centre de tri représente 80 % de tous ceux que l'on retrouve au Québec. L'étude affirmait que ce serait une dépense disproportionnée pour les revenus que ça amènerait», fait valoir M. Thibault.

À l'inverse, le verre consigné et donc, non contaminé, peut rapporter beaucoup d'argent.

«Dans le marché actuel, 1 tonne de verre transparent propre se vend entre 100 à 115 $», explique-t-il.

En ce qui concerne les débouchés, M. Thibault soutient qu'il est tout à fait faux de croire qu'ils sont inexistants.

«Prenons l'exemple de l'entreprise 2M Ressources. Son président affirme qu'il pourrait recueillir les 200 millions de bouteilles de la SAQ que les Québécois mettent dans leur bac de recyclage et qui se retrouvent en majorité au dépotoir. L'entreprise produit, entre autres, des pots Mason avec du verre consigné recyclé. C'est faux de dire qu'il n'y a pas de débouchés alors qu'il y en a ici même au Québec», dit-il.

Finalement, M. Thibault croit que le problème des autres bouteilles et bocaux de verres qui ne sont pas visés par une consigne pourrait se régler grâce à la mise sur pied d'une cueillette volontaire.

«Ça se fait en Colombie-Britannique et c'est très efficace. Les gens pourraient déposer leurs bocaux de verre dans des SAQ qui deviendraient des points de cueillette», explique le porte-parole.

«Les gens qui interviennent dans ce dossier ont des intérêts et font de la désinformation», dénonce M. Thibault.

De son avis, le Québec presque 25 ans en retard dans le domaine du recyclage.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer