Des brigadiers retirés de quatre intersections

Quatre intersections situées dans des corridors scolaires seront réaménagées... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Quatre intersections situées dans des corridors scolaires seront réaménagées pour y accroître la sécurité des piétons. Par le fait même, les brigadiers scolaires assignés à ces passages seront retirés. En contrepartie, deux nouveaux passages, directement liés à la construction des deux nouvelles écoles, seront desservis par des brigadiers.

Quelques semaines après la prochaine rentrée scolaire, il n'y aura donc plus de brigadier aux intersections des rues Allard et du Chalumeau, Normand et Raby, des Jardins-Fleuris et des Jonquilles et des Vétérans et Viel. Des brigadiers seront ajoutés à l'intersection du chemin de Saint-Élie et du boulevard Circé, et à l'intersection des rues Bertrand-Fabi et André-Mathieu.

«Il y a beaucoup de secteurs où la trame urbaine s'est modifiée et les corridors scolaires n'étaient pas toujours adaptés en conséquence. À l'aide d'une grille d'analyse, nous avons calculé l'indice de risque pour chacune des intersections», explique Jocelyn Grenier, directeur par intérim du Service des infrastructures urbaines et de l'environnement.

L'importance de la circulation automobile, les pentes, les mouvements de virage et la présence de trottoirs ont entre autres été analysés. «Nous avons réalisé que nous avions mis la barrière plus loin que le guide de la Société de l'assurance automobile du Québec l'exige. Nous arrivons donc à la recommandation de retirer quatre brigadiers et de les remplacer par des infrastructures permanentes. Dans tous les cas, il s'agit d'endroits où une seule traversée est nécessaire et où le débit véhiculaire est inférieur à ce qu'on peut attendre d'un réseau collecteur.»

Des avancées de trottoir seront donc construites à chacune de ces intersections. «Les traversées s'effectuent en ce moment sur environ 14 mètres et elles seront ramenées à 7 ou 8 mètres. Pour l'automobiliste, ça les éveille. Ça nous permet d'avancer la signalisation riveraine.»

La directrice des communications de la Ville de Sherbrooke, Colette Ouellet, a mentionné que des lettres seront envoyées aux parents concernés dès aujourd'hui et que des rencontres seraient organisées la semaine prochaine dans quatre lieux différents. À la rentrée, en août ou septembre, une nouvelle rencontre sera prévue avec les parents et leurs enfants, qui seront appelés à se rendre sur les sites concernés. Des feuillets seront par ailleurs remis aux automobilistes pour les sensibiliser.

Des brigadiers seront postés aux intersections identifiées pour l'abolition des services pendant une période allant de trois à six semaines, à la rentrée, pour laisser le temps aux enfants de se familiariser avec les traverses. La présence policière sera également accrue.

La conseillère Annie Godbout en a profité pour mentionner qu'elle avait demandé la présence d'un brigadier à l'angle du boulevard Mi-Vallon et de la rue Monet, sans succès jusqu'à maintenant. Elle s'est dite préoccupée par l'importante circulation de transit sur le boulevard des Vétérans, où un brigadier sera retiré.

«Pour nous, le débit sur cette artère demeure d'ampleur locale. C'est un exercice entamé depuis 2012. Nous voulons faire vivre cet outil. Si les données changent et font en sorte que nous devons réagir, nous le ferons.»

Le nombre de brigadiers passera de 58 à 55. Il y a donc trois abolitions de postes qui génèrent des économies récurrentes de 40 000 $. Aucun employé ne sera remercié, les abolitions étant réalisées par attrition. Les réaménagements géométriques coûteront environ 80 000 $. Jonathan Custeau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer