La SDC du centre-ville reçoit l'aval du conseil

Jean-François Bédard... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Jean-François Bédard

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Société de développement commercial (SDC) du centre-ville a franchi une autre étape, lundi, en recevant l'aval des membres du conseil municipal. À moins de la tenue d'un référendum sur la question, les quelque 600 commerçants du centre-ville deviendront membre du nouveau regroupement qui portera le nom Le Centro. L'adhésion obligatoire leur coûtera 300 $.

Jean-François Bédard, président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, avait demandé l'appui des élus, pendant la période des questions, qualifiant cette nouvelle étape de «primordiale pour le développement du centre-ville».

Le promoteur Philippe Dusseault, membre de l'association, plaidait que la nouvelle SDC donnerait des moyens plus importants pour réaliser des activités au centre-ville. «Nous pourrons engager quelqu'un à temps plein pour faire le lien entre les promoteurs, les commerçants et les restaurateurs. Si nous voulons un centre-ville dynamique, il faudra travailler sur l'habitation. Il faudra qu'il y ait plus de jeunes professionnels qui y vivent pour donner une plus grande main-d'oeuvre qualifiée aux futures entreprises qui s'installeront au centre-ville.»

Le président de Commerce Sherbrooke, Louisda Brochu, estimait qu'il s'agissait d'une bonne nouvelle. «Nous devons nous réjouir de la création d'une SDC. Cela démontre la volonté du milieu de se prendre en main et ça témoigne d'un dynamisme du milieu. Ce sera vraiment un levier économique. Je ne peux qu'appuyer très fortement ce regroupement. Nous voyons par la jeunesse que vous représentez qu'il y a un bel avenir au centre-ville.»

Le conseiller du Centre-Sud, Serge Paquin, abondait dans le même sens.

Jean-François Bédard s'attend à ce que certains commerçants fassent entendre leur opposition. «Nous avons convoqué tous les commerçants en décembre pour qu'ils viennent poser leurs questions. À la fin de cette réunion, tout le monde était en faveur. La cotisation est fixe, peu importe la surface occupée. Nous voulons représenter tous les occupants, les commerçants comme les jeunes professionnels. C'est une mobilisation du secteur pour dynamiser le milieu.

Enfin les moyens

«Ça fait trois ans que l'Association des gens d'affaires regroupe une cinquantaine de commerçants qui mettent de l'argent dans un panier pour dynamiser le milieu. Nous avons fait des choses qui ont marché et nous avons commencé à avoir des demandes de gens de la côte King et de la rue Alexandre, mais nous n'avions pas les moyens d'y investir. Aujourd'hui, avec l'aboutissement de la SDC nous aurons les moyens d'aider tout le monde.

«Nous avons brandé le centre-ville avec le nom Centro. Nous avons fait des activités comme Bouffe ton centro, que nous voulons élargir sur toute la Wellington, du nord au sud l'an prochain. Nous voulons faire rayonner le centre-ville, qui a des rivières, un lac, une belle architecture. La SDC nous donnera les moyens de nos ambitions.»

Chaque commerce concerne recevra une lettre pour informer les propriétaires de la démarche entreprise et leur faire part des méthodes pour faire entendre leur mécontentement le cas échéant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer