Les pas de la mémoire

La Marche pour l'Alzheimer était organisée au Domaine... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

La Marche pour l'Alzheimer était organisée au Domaine Howard et  a réuni autour de 100 marcheurs.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) L'Alzheimer n'est plus la maladie méconnue d'autrefois. Aujourd'hui, elle touche de plus en plus de personnes, de plus en plus de familles autour de nous.

Malgré des conditions climatiques froides et pluvieuses de dimanche, la Marche pour l'Alzheimer organisée encore une fois cette année au Domaine Howard a réuni autour de 100 marcheurs venus soutenir la Société Alzheimer de l'Estrie (SAE) afin d'offrir des services aux personnes atteintes de la maladie et leurs proches.

Avec le vieillissement de la population, l'Alzheimer occupe de plus en plus d'espace dans les préoccupations d'une nouvelle génération.

« Le message c'est surtout de sensibiliser parce que même si la maladie prend de l'ampleur, elle n'est pas beaucoup connue. Les gens ont encore des préjugés par rapport à cette maladie », souligne la directrice générale de la SAE, Caroline Giguère.

Claudette Bégin est au conseil d'administration de la SAE, elle a surtout vécu les dernières années auprès de son conjoint atteint par la maladie.

« Nous avions une très belle vie de sport avant, d'activités, alors vivre ça c'est toujours surprenant dans le sens où l'on ne sait pas quoi faire pour s'en sortir, mais on voit la détérioration, on voit que ça ne se guérit pas. »

Tout l'argent amassé dans les divers événements de la SAE sert à financer les services offerts pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes et des proches aidants comme Mme Bégin.

« J'ai beaucoup apprécié les services de la Société, dans les crises d'incertitude, de dépression et d'insomnie, je pouvais toujours consulter un psychologue de l'association, j'étais toujours la bienvenue », souligne-t-elle.

« Pour le proche aidant c'est important aussi d'avoir le soutien de la Société pour bien vivre parce que des fois ça dure quand même une dizaine d'années la maladie, souligne Mme Giguère. Ça prend beaucoup d'énergie et de positivisme »

Celle-ci rappelle que la maladie, si elle est détectée tôt, peut être traitée afin que la qualité de vie soit rehaussée sur une plus longue période. La recherche n'a toujours pas permis de trouver de remède, mais certaines découvertes encourageantes laissent poindre une pointe d'optimisme.

« Il y a des choses qui semblent être positives, mais qui ne sont pas encore confirmées, il n'y a pas encore de résultats tangibles pour les appliquer », résume Mme Giguère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer