Résidence pour aînés de la Plaza de l'ouest: des réactions mi-figue, mi-raisin

La propriétaire de la boutique Animatout Sara Côté... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

La propriétaire de la boutique Animatout Sara Côté déplore que le projet de la Plaza de l'Ouest lui avait été vendu avec la mention qu'un gros commerçant s'y installerait.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) De futurs locataires potentiels, des résidants du quartier curieux et quelques opposants se sont manifestés, lundi, à la séance de consultation publique visant à recueillir les opinions sur le projet de résidence pour aînés projeté à la Plaza de l'Ouest. Si plusieurs des quelque 50 participants ont vu leurs inquiétudes calmées, d'autres sont restés sur leur faim.

Rappelons que le groupe Réseau Sélection envisage de construire une résidence de six étages qui compterait environ 250 unités. Le projet de 30 M$ aurait la forme d'un U sur l'espace autrefois occupé par Walmart. Il compterait une cour intérieure et des commerces s'adressant aux résidents, mais qui pourraient aussi être ouverts au reste de la population. La clientèle y serait majoritairement autonome et 60 % des appartements seraient des trois et demi.

Pour que la résidence puisse être construite, le promoteur doit obtenir un amendement au zonage pour permettre l'usage de résidence pour aînés.

Gilles Henri, propriétaire du Pavillon Rock Forest, une résidence pour aînés située rue de Gaspé, a montré quelques réserves. « Moi je suis juste de l'autre côté de la rue et on m'a refusé de faire six étages. J'ai été limité à trois. »

Denise Henri abondait dans le même sens. « Ça faisait 15 ans que le site était abandonné. On a laissé partir un gros commerçant et je ne suis pas certaine que Rock Forest s'en est encore remis. Avec une résidence comme celle-là, on appelle l'ambulance environ une fois par jour. Et les pompiers viennent chaque fois. C'est ça la circulation qu'il va y avoir à travers les commerces... C'est un gros projet à un endroit où il devrait y avoir des commerces. »

«Est-ce de l'impatience qui fait qu'on se dirige vers une résidence plutôt que vers du commercial?»


Sara Côté, propriétaire de l'Animatout, a déploré que le projet de la Plaza lui avait été vendu avec la mention qu'un gros commerçant s'y installerait. Selon elle, les restaurants comme Tim Hortons, McDonald's et Thaï Zone ont plus de difficulté que ce qui était anticipé dans ce pôle commercial local.

« Est-ce de l'impatience qui fait qu'on se dirige vers une résidence plutôt que vers du commercial? »

Le propriétaire d'Estridev, promoteur de la Plaza de l'Ouest, a répondu par la négative. « Ça fait quatre ans que nous faisons la promotion du site. Ce n'est pas un pôle régional. Des joueurs importants qui veulent du 30 000, 40 000 pieds carrés, il n'y en a pas. Nous pensons que la résidence dynamiserait le projet. Le site sera vacant, ou il y aura une résidence pour aînés », rapporte Pierre Bolduc.

Suzanne Véronneau, elle, cherche un endroit pour finir ses jours à Rock Forest. En faisant la tournée de ses connaissances, elle a amassé 94 signatures en appui au projet. « Nous avons élevé notre famille sur ce terrain-là. Mon mari était ingénieur de terrassement sur le projet du Woolco. Comme j'ai encore un fils qui habite à Rock Forest, il est normal que nous voulions y revenir. »

D'autres ont fait valoir que l'apport en taxes serait beaucoup plus profitable qu'un terrain vague. Les gens favorables au projet ont surtout cherché à connaître les caractéristiques de la nouvelle résidence, qui offrirait des trois et demi, avec un repas par jour, pour 1500 $.

Pierre Bolduc, d'Estridev, a ajouté qu'il serait très déçu que la Ville refuse un projet sérieux pour lequel des investisseurs sont prêts à injecter 30 M$. « Tout est déjà pensé pour les piétons. Il y a des trottoirs et de l'éclairage. Je constate que de façon générale, les gens attendent le projet. »

Enfin, François Lacoste, directeur des acquisitions de terrain pour Réseau Sélection, se disait encouragé. Il estime que toutes ses chambres pourraient être louées un an après la fin de la construction.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer