Loi 28: les pharmaciens manifestent

Plusieurs pharmaciens salariés et employés des pharmacies de la région ont... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(SHERBROOKE) Plusieurs pharmaciens salariés et employés des pharmacies de la région ont manifesté lundi matin pour protester contre la loi 28.  Comme promis, entre 10 h et 11 h, ils ont participé à une grève symbolique.

Des citoyens ont aussi signifié leur désaccord. Les klaxons des voitures passant devant les pharmacies de la ville ont retenti tout au long de l'heure de grève.

« On ne veut pas que les patients perdent leurs services », commente Stacey Silvester, pharmacienne salariée au Jean Coutu situé sur la King Est. « Depuis deux semaines on distribue des cartons que les patients peuvent signer et envoyer au gouvernement. Ça permet aux patients d'évaluer la valeur des services qu'on leur offre gratuitement et de signifier au gouvernement qu'ils ne veulent pas perdre ces services gratuits », explique-t-elle.

Zeina El-Kik, pharmacienne salariée au même commerce, poursuit en disant qu'elle espère que cette grève permettra aux gens d'être plus critiques vis-à-vis de la situation et qu'ils comprendront à quoi servent les revenus obtenus actuellement par les pharmacies.

La pharmacienne propriétaire du Uniprix situé sur la King Est, Chemika Mamode, explique que tôt lundi matin elle a répondu aux questions d'une patiente qui n'était pas capable de joindre son médecin. « On est souvent les intervenants de première ligne», dit-elle.

Selon un autre pharmacien rencontré chez Uniprix, Claude Boisvert, le ministre de la Santé Gaétan Barrette «s'acharne et s'acharne. Les citoyens vont devoir payer à un moment donné pour des services qui ont toujours été gratuits ».

Pour l'administrateur de la pharmacie, Patrick Rahimaly, « ceux qui vont écoper, c'est encore les personnes âgées, les personnes en difficultés et les personnes qui ont besoin de soins. »

Il termine en disant que si la loi 28 est adoptée, beaucoup de cas ne pourront se réglés en pharmacie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer