Un casse-cou nommé Bill Dixon

Une odeur de caoutchouc brûlé et de gazoline flottait autour de chez Motos... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Une odeur de caoutchouc brûlé et de gazoline flottait autour de chez Motos Thibault samedi.

Une odeur de caoutchouc brûlé et de gazoline... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Comme cadeau d'anniversaire, le concessionnaire Motos Thibault offrait aux amateurs de loisirs motorisés un invité de marque, le grand champion américain de cascades en moto Bill Dixon. Celui-ci était sur place pour en mettre plein la vue à la centaine de spectateurs réunis autour du grillage à l'arrière du stationnement.

Avec ses sept motos, celui qui a grandi dans la ville de Hazard aux États-Unis, endroit presque rendu mythique par le film Dukes of Hazard, a exécuté une série de cascades toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Avancer sur une seule roue, conduire à l'envers, spectacle de fumée : Dixon a démontré pourquoi il a été couronné plus d'une fois champion de sa discipline.

Mathieu Martineau, qui vient tout juste de se procurer une nouvelle moto, était présent pour assister aux prouesses de Dixon. S'il avait déjà visionné des vidéos de cascades sur le web, celui-ci était ébahi par la maîtrise du casse-cou.

«C'est spectaculaire, c'est la première fois que je voyais ça. En plus, il a plein de motos différentes et il s'adapte à chacune d'elles. C'est quelque chose à voir», a-t-il mentionné après le spectacle.Bill Dixon a amorcé son spectacle en saluant la foule d'un «bonjour», avant d'enchaîner avec ses manoeuvres. Il a bien fait rigoler la foule lorsqu'il a conduit un scooter, mais le clou du spectacle est survenu à la toute fin alors qu'il a pris les commandes d'une moto munie d'une armature circulaire au-dessus du conducteur, lui permettant de réaliser des pirouettes avant en roulant sur ce châssis.

«Vous ne vous attendiez pas à voir un flip aujourd'hui, n'est-ce pas?» a lancé le cascadeur aux amateurs.

À voir les regards ébahis, surtout ceux des enfants, on peut en déduire que non.

«Il a dû se planter plusieurs fois avant de réussir ces manoeuvres, ça c'est sûr!», a commenté M. Martineau.

Chose certaine, Bill Dixon a démontré pourquoi il est digne d'un Duke of Hazard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer