Léguer pour la pérennité

Conrad « Skip » Dion... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Conrad « Skip » Dion

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Fondation du Séminaire de Sherbrooke invite ses anciens à poser un geste de coeur.

Cette invitation de la Fondation a été lancée hier à l'occasion du lancement du programme de dons planifiés par celui qui en assurera la présidence, l'ancien enseignant du Séminaire de Sherbrooke, Conrad « Skip » Dion.

Le programme de dons planifiés permettra, à toute personne intéressée, de faire de la Fondation du Séminaire de Sherbrooke le bénéficiaire d'une police d'assurance vie ou encore d'un don testamentaire. Une pratique à laquelle se rattachent des avantages fiscaux, mais qui est avant tout « un geste de coeur » selon l'ancien directeur de la Fondation, Charles Lamoureux.

M. Dion sera le premier à l'admettre, le défi de convaincre une personne de donner autant à une institution est colossal, c'est la raison pour laquelle ce nouveau programme s'adresse avant tout à ceux qui sont profondément enracinés au Séminaire de Sherbrooke.

« C'est un défi, mais il ne faut pas forcer la note, explique M. Dion. Ça s'est déjà fait ici, il y a plusieurs prêtres résidents qui ont déjà posé le geste. La prochaine étape, c'est d'encourager les gens à faire de même. »

Changer les moeurs

Le don planifié et les legs testamentaires à une institution ne sont pas des traditions au Québec comme elles peuvent l'être ailleurs, concède M. Dion, mais celui-ci demeure optimiste.

« Chez les anglophones, c'est un peu plus ancré comme tradition, mais l'année dernière, un ancien des Carabins [de l'Université de Montréal] a donné 750 000 $ pour la réfection d'un vestiaire. Avec le succès des équipes sportives, les gens commencent à être sensibilisés. »

Les attentes pour la première année demeurent modestes, mais l'ajout de quelques legs testamentaires et de cinq à dix polices d'assurance seraient des chiffres satisfaisants pour M. Dion et la Fondation. Dans les cinq prochaines années, ce sont des montants de 250 000 $ en engagement de polices d'assurance et de 150 000 $ en legs testamentaires qui sont envisagés.

« Il y a un objectif, mais il n'est pas extrêmement précis. On lance le programme et on va être fier peu importe le résultat », a souligné M. Dion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer