Construction: vers une levée du moratoire dans le secteur Rock Forest

La Ville de Sherbrooke pourrait lever le moratoire sur la construction dans le... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke pourrait lever le moratoire sur la construction dans le secteur de Rock Forest grâce à des travaux mineurs de raccordement qui permettraient de transférer les eaux usées de quelque 400 logements vers la station d'épuration de Sherbrooke. Ces aménagements soulageraient d'autant le bassin d'assainissement de Rock Forest.

Jocelyn Grenier... (Imacom, Jocelyn Riendeau) - image 1.0

Agrandir

Jocelyn Grenier

Imacom, Jocelyn Riendeau

« Il y a des parcelles de trame urbaine qui sont encore non développées et il y a des pressions de développement importantes dans le secteur de Rock Forest. Nous avons regardé diverses options. L'une d'entre elles serait de basculer des eaux du bassin d'assainissement de Rock Forest vers celui de Sherbrooke. La seule mécanique pour y parvenir est d'ajouter des conduites. Le tout peut se faire avec la gravité. Il n'y a aucune station de pompage à mettre en place. Ça nous permettrait d'accepter du développement dans des cellules où les occasions se présentent », explique le directeur par intérim du Service des infrastructures urbaines et de l'environnement de la Ville de Sherbrooke, Jocelyn Grenier.

Concrètement, il s'agirait d'ajouter une conduite d'environ 65 mètres sur la rue de Gaspé, entre les rues du Haut-Bois et Grandbois, et d'en ajouter une autre d'environ 50 mètres sur la rue de Gibraltar, entre les rues Goncourt et Guimond. Ces travaux sont évalués à 410 000 $. Pour les financer, les 385 premières requêtes de construction dans le secteur concerné feront l'objet d'une tarification d'environ 1000 $.

« En termes de capacité pour la station de Sherbrooke, ces débits-là sont minimes. Il y a encore une grande capacité, tant pour le débit que pour les critères de rejet, à la station de Sherbrooke. Nous avons plusieurs éléments à attacher avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) avant de pouvoir procéder. Ils doivent comprendre la dynamique sur laquelle nous voulons capitaliser en termes d'assainissement. Des actions de ce type-là pourraient être avantageuses pour maximiser l'utilisation de nos stations », explique M. Grenier.

Le transfert des eaux usées de Rock Forest vers Sherbrooke ne limitera pas le potentiel de développement dans les autres arrondissements de la Ville. Avec le plan directeur d'assainissement des eaux usées, la Ville aspire à démontrer au MDDELCC que les usines actuelles sont plus performantes que ce qu'indiquaient les critères de construction des années 1980. « Ce plan est prévu pour fin 2016 et devrait nous permettre de démontrer que notre forte réserve pour le développement est encore plus forte. Nous ferons un topo de nos cinq stations et nous verrons en termes de critères de conception si nous sommes plus performants que l'hypothèse de départ. Nous aurons peut-être le choix de ne plus investir à certains endroits en basculant des eaux usées vers des stations existantes. » D'autres moratoires pourraient ainsi être levés.

Si la Ville obtient toutes les permissions nécessaires, elle pourrait procéder dès cette année, en régie, aux travaux dans Rock Forest.

jonathan.custeau@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer