Festival des harmonies : rigueur... et improvisation

Comme le veut la tradition, l'ambiance était survoltée... (IMACOM, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Comme le veut la tradition, l'ambiance était survoltée dimanche à la salle Maurice-O'Bready lors de la cérémonie de clôture du Festival des harmonies et orchestres symphoniques. À chaque prix remporté - tout particulièrement par les formations sherbrookoises et victoriavilloises -, un tonnerre d'acclamations retentissait.

IMACOM, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La moitié des membres du groupe autrichien Federspiel, qui était en vedette lors de la cérémonie d'ouverture du Festival des harmonies et orchestres symphoniques jeudi, se sont butés à un obstacle plutôt majeur lorsque est venu le temps de prendre leur avion le matin même du spectacle : vol annulé. Problème mécanique.

Pas besoin de préciser qu'il n'y a pas qu'à l'aéroport qu'on s'est mis en mode solution. « Les musiciens de Federspiel ont écrit le jour même les partitions d'un spectacle de 1 h 15, on a trouvé trois musiciens professionnels qui ont une bonne lecture à vue, ils ont pratiqué une heure avec le reste du groupe... et ils ont donné un show extraordinaire », raconte le coordonnateur du Festival, Jean-Marie Messier.

Ce n'était pas facile, confie-t-il, de trouver des musiciens pour relever ce défi, puisque les chances de se « planter », ou en tout cas de ne pas paraître à la hauteur de son talent, étaient plutôt élevées. « Mais c'était super pour les jeunes de voir que quand tu as une vraie formation musicale, tu es capable de remplacer au pied levé pour n'importe quel style de musique », lance le passionné, les yeux brillants.

Comme chaque année, des yeux brillants, il n'en manquait d'ailleurs pas sur le campus de l'Université de Sherbrooke en fin de semaine. La 86e édition du Festival, avec ses 8000 participants et 300 prestations, s'est bien déroulée... comme d'habitude, est-on tenté de dire.

« Notre équipe, c'est des gens qui savent quoi faire. On n'a même plus besoin de faire de meetings avec les responsables de secteur, on les appelle une fois par année et on leur demande : tu seras bien au Festival? Ok merci! » lance M. Messier en riant. « C'est extraordinaire. Les gens sont contents d'être là, ça se voit et ça se ressent. »

Le porte-parole du Festival, Claude « Mégo » Lemay, dit avoir « adoré » ses quatre jours sur le campus. Bien qu'il souligne qu'il était impossible d'assister à toutes les prestations, celle du stage band SORTIE 210, de Victoriaville, l'avait particulièrement impressionnée. « Ça rentrait au poste! C'était presque de niveau professionnel », dit-il.

La région rayonne

Apparemment, le jury était de son avis. SORTIE 210 a non seulement terminé premier dans sa catégorie, mais il a obtenu la note de 95,5 %, la deuxième plus haute du Festival, toutes catégories confondues. Le Vicas big band, également de Victo, a aussi performé de façon excellente, atteignant la barre du 94 %, ce qui l'a placé deuxième dans sa catégorie. À Sherbrooke, l'Harmonie Montcalm a pour sa part terminé première dans sa catégorie, avec la note de 93,25 %.

Parmi les autres premières positions en région, on retrouve l'Harmonie des jeunes La Frontalière, l'Ensemble vocal Montcalm, l'Harmonie Mitchell I, le Stage band Mitchell et le Vicas drumline junior de Victoriaville.

Des deuxièmes et troisièmes positions ont aussi été enregistrées dans la région. Toutes ces formations se sont mérité des bourses variant entre 50 et 300 $.

Partager

À lire aussi

  • Orange O'Clock : le retour des enfants prodiges

    Arts

    Orange O'Clock : le retour des enfants prodiges

    Le groupe sherbrookois Orange O'Clock a su vendredi qu'il avait été désigné comme étant le « meilleur nouvel artiste canadien », à la suite du... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer