Le Salon de la mode: une nouvelle mouture à prévoir

L'organisatrice du 3e Salon de la mode, Sabrina... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

L'organisatrice du 3e Salon de la mode, Sabrina Bernard

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) On aurait préféré un résultat haut en couleur, à l'image des créations proposées. C'est plutôt un bilan en demi-teinte que dresse l'organisatrice du 3e Salon de la Mode de Sherbrooke.

Tenu pour la première fois à l'intérieur du Centre sportif de l'Université de Sherbrooke après deux années à la Cathédrale St-Michel de Sherbrooke, le 3e Salon de la Mode s'est clôturé sur une note positive dimanche, jour de la fête des Mères, en dépit d'un taux de participation en deçà des attentes.

« Oui, j'aurais voulu que Sherbrooke réponde plus. Je trouve que les gens devraient encore plus se déplacer pour des événements qui promeuvent le développement et les commerçants locaux », a déploré l'organisatrice, Sabrina Bernard.

Plus d'exposants, plus de défilés : le Salon de la Mode s'amplifiait considérablement pour son troisième anniversaire. Les chiffres n'étaient pas encore connus au moment de fermer les livres, mais la principale intéressée a assuré que des changements seraient apportés à l'événement l'an prochain.

« J'ai voulu grossir l'événement, mettre le paquet, tester Sherbrooke pour voir si on continue ou si on change de stratégie. » À en croire Mme Bernard, la mouture sera modifiée, mais il est encore trop tôt pour envisager une quelconque piste.

« Les gens ne sont pas encore assez conscientisés, croit-elle. On achète un vêtement, mais il vient d'où? Qui l'a fabriqué? Il y a tellement de travail derrière ce qu'on a présenté ici. »

Stimulant pour les designers

Les designers québécois et commerçants présents lors du salon y ont pour leur part trouvé leur compte.

« C'est une belle publicité avec toute la couverture médiatique de l'événement. Certaines alliances se sont même réalisées entre designers et commerçants. C'est satisfaisant pour eux », a relaté Mme Bernard.

En plus des ventes réalisées, les défis lancés autour de l'événement ont stimulé la créativité artistique de la région. Mme Bernard avait notamment encouragés les designers à produire des vêtements à partir de fibres optiques.

« Ils ont adoré. C'est de la nouveauté, c'est de la technologie, a raconté l'organisatrice. Plusieurs designers ont créé des collections exclusivement pour l'événement. »

afaille@latribune.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer