L'Estrie met ses culottes: plus de 250 000 livres de vêtements

Le directeur général de Récupex, Benoit Fontaine, a... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le directeur général de Récupex, Benoit Fontaine, a orchestré avec plusieurs travailleurs la journée L'Estrie met ses culottes.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les voitures étaient nombreuses à s'arrêter samedi dans le stationnement de l'école Montcalm. Rapidement, un employé de Récupex s'approchait du véhicule, prenait les sacs de vêtements usagés, les transférait dans un grand camion - en veillant quand même à mettre sur un support les vêtements plus délicats - et remettait à chaque donateur... un petit paquet de chiffons!

« Les vêtements que l'on recueille sont revalorisés le plus possible. La dernière chose qu'on peut faire avec eux, ce sont des guénilles. Pour nous, c'est une façon de remercier les gens qui donnent! » expliquait Benoit Fontaine, directeur général de Récupex, lors l'activité L'Estrie met ses culottes.

En cette 19e édition de la journée, on constate qu'elle est effectivement bien rodée. Les salariés de Récupex qui y participent font partie d'un programme de réinsertion de 28 semaines. Cette journée de travail est bien sûr toute particulière pour eux.

« Ça renforce l'esprit d'équipe! Travailler en dehors de l'encadrement de travail normal, du lundi au vendredi, c'est festif un peu. Ça permet aussi le contact avec les gens. Souvent, les vêtements donnés nous arrivent dans une boîte. Là, on a la chance d'avoir des interactions, de voir les gens », souligne M. Fontaine.

Le porte-parole de l'édition 2015, le designer et animateur Jean Airoldi, a visité le département de couture de Récupex, où est transformé le linge qui est ensuite vendu à la boutique t.a.f.i. & compagnie. Benoit Fontaine, qui est aussi recruteur pour le Phoenix de Sherbrooke, y va d'une analogie toute sportive pour exprimer sa reconnaissance envers M. Airoldi.

« Il entrait là et il était comme un joueur de la Ligue nationale. Ce n'est pas du fake, il connaît tout! Quand les employés l'ont vu, il était vraiment comme Wayne Gretzky », dit-il en souriant. « C'est un gars du coin. Il a été vraiment sympathique avec tout le monde et accessible, il comprend ce qu'on fait et il trouve ça bien », affirme le directeur général, qui aimerait bien pouvoir compter sur son soutien pour les années à venir.

Une année record

L'édition 2015 a été la plus fructueuse de toutes les collectes. Plus de 250 000 livres de vêtements ont été recueillies.

Et la collecte se poursuit, ajoute M. Fontaine. « Maintenant, les gens sont responsables de la récolte à l'année longue. Avant, c'était un one shot, une journée où les gens donnaient des vêtements, et pendant le reste de l'année, ça s'en allait à la poubelle. Là, il y a des bacs et les gens mettent régulièrement leurs vêtements dedans, comme ils le font avec les bouteilles et d'autres articles recyclés. C'est plus dans notre quotidien. »

Sur le territoire de Sherbrooke, il y a 38 bacs de collecte de Récupex, et 12 autres ailleurs en Estrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer