Sécurité des piétons et cyclistes: l'arrondissement de Fleurimont est ciblé

Sherbrooke devient l'une des cinq villes canadiennes à lancer l'initiative... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabriele Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) Sherbrooke devient l'une des cinq villes canadiennes à lancer l'initiative Voiture sécuritaire qui vise à prévenir les blessures en créant un environnement sécuritaire pour les piétons et les cyclistes en réduisant la vitesse des véhicules dans les quartiers résidentiels.

Comme en a fait part le président du comité de la sécurité publique, Marc Denault, c'est possible de constater une augmentation significative de la vitesse sur les routes durant la période estivale. La journée chaude de jeudi était donc dans la thématique de l'inauguration de l'initiative de Parachute, un organisme national à but non lucratif dont la mission est de prévenir des blessures et sauver des vies.

Sherbrooke Ville en santé et ses partenaires du comité Sherbrooke communauté sécuritaire ont ciblé l'arrondissement de Fleurimont, plus précisément l'école primaire Desranleau, pour le lancement de cette initiative en fonction de la préoccupation citoyenne et du nombre de plaintes quant à la vitesse dans le quartier.

«On vient chercher les enfants deux ou trois fois par semaine et je trouve que ça circule très vite pour un quartier avec beaucoup d'enfants, même que parfois ça en est difficile d'entrer dans le stationnement de la cour d'école», mentionne Ghislaine Brochu, une grand-mère venue chercher ses petits-enfants.

Réduire la vitesse des véhicules est prouvée efficace dans la prévention des accidents et la réduction de la gravité des blessures et c'est ce que Parachute tente d'appliquer avec son initiative. «Pour donner un exemple, si un enfant se fait frapper à 30 km/h, il a seulement une chance sur 20 de mourir, tandis que s'il se fait frapper a environ 50 km/h, c'est 47% de chance de décès et si on augmente seulement de 10 km/h, ce qui est une vitesse souvent vue dans nos rues, la chance de mourir monte à 85 pour cent», mentionne le pédiatre intensiviste au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, le Dr Claude Cyr.

Pour s'engager dans cette nouvelle offensive, les citoyens sont invités à signer un engagement pour devenir des automobilistes sécuritaires qui respectent les limites de vitesse et à apposer un autocollant électrostatique sur leur véhicule pour démontrer leur adhésion. «C'est clair que le nombre est très important et gage de succès. Plus il va y avoir de citoyens qui vont avoir nos collants affiché dans leurs voitures, plus la vitesse va diminuer. On sait que c'est une demande fréquente donc on est confiant,» relate le Dr Cyr.

Le directeur de l'école primaire Desranleau, Michel Lessard, se sent en confiance avec le nouveau projet. «C'est sûr que c'est rassurant, parce qu'on a 350 élèves et on en a de plus en plus qui sont marcheurs et dont les parents ont certaines inquiétudes. Avec les brigadiers et le Service de police qui est en place, c'est sûr que c'est un plus pour nous.»

Le projet a été lancé hier, mais en pratique, les citoyens vont pouvoir s'inscrire à la Fête des familles le 16 mai prochain au parc Quintal de l'arrondissement Fleurimont. Pour avoir plus d'information, il est possible de contacter la Ville de Sherbrooke par courrier à villeensante@ville.sherbrooke.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer