Des compressions moindres que prévu à l'UdeS

L'ampleur des compressions attendues à la suite du dépôt du budget provincial... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'ampleur des compressions attendues à la suite du dépôt du budget provincial pourrait osciller autour de 4,1 M$ à l'Université de Sherbrooke, soit une coupe moins grande que celle attendue. C'est le portrait que trace l'UdeS à la suite d'une rencontre portant sur les règles budgétaires; le montant final se confirmera toutefois au cours des prochaines semaines.

La rencontre avec les représentants du ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a eu lieu mardi afin de voir comment s'appliqueraient les compressions de l'ordre de 72,8 M$ pour l'ensemble des établissements universitaires de la province.

«Ils sont arrivés avec des propositions. Ils ont identifié un certain nombre d'enveloppes spécifiques (des enveloppes avec des finalités précises). On peut appliquer la compression dans ces enveloppes-là», explique Martin Buteau, recteur adjoint à l'UdeS.

«Ils nous ont demandé de regarder ça et de leur revenir. Quand on regarde les enveloppes visées, ça aurait un impact de 4,1 M$. Ça réduirait la compression à 4,1 M$. De ce point de vue-là, on est plutôt favorable, mais ce sont des discussions qui auront lieu entre les recteurs et les rectrices pour se positionner et revenir au Ministère...»

L'UdeS s'attendait à ce que les compressions découlant du dernier budget provincial puissent atteindre jusqu'à 7 M$.

«Compte tenu de la diversité des universités, certains vont gagner plus, d'autres moins... Ce n'est pas nouveau, ça fait partie de la réalité de nos universités», indique M. Buteau.

Comme le dossier fait l'objet de discussions, il a préféré ne pas s'avancer sur les enveloppes qui ont été ciblées par Québec.

L'ampleur de la commande de l'UdeS devrait se confirmer d'ici à la fin mai ou début juin, selon le recteur adjoint.

L'UdeS a adopté récemment son budget 2015-2016, en faisant savoir qu'il lui resterait au moins 11 M$ à trouver pour parvenir à l'équilibre budgétaire. Cette somme ne tenait pas compte des dernières compressions annoncées par Québec.

Le budget de l'institution est basé sur plusieurs hypothèses, dont une hausse des effectifs de l'ordre de 0,3 %. La hausse attendue est-elle aussi grande que celle espérée? M. Buteau note que l'institution avait l'habitude d'avoir une croissance plus grande. «Ça explique la pression budgétaire que cela provoque», commente-t-il. Tout le monde s'active afin de favoriser le recrutement, selon lui.

Lors de la présentation de son plan de compressions cet automne, l'UdeS avait fait valoir qu'elle entendait notamment augmenter ses revenus en formation continue. «Il ne faut pas se leurrer, commente à ce sujet M. Buteau. Tout ce qui se passe en ce moment sur les finances publiques a un effet sur notre réalité», dit-il en citant par exemple les budgets des organismes et des ministères qui sont réduits.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer