L'épouse de Raif Badawi cueillera le Prix pour la liberté d'expression

Ensaf Haidar... (Archives La Presse)

Agrandir

Ensaf Haidar

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'épouse de Raif Badawi, Ensaf Haidar, s'envolera pour l'Europe à la mi-mai afin d'aller à la rencontre du personnel et des militants d'Amnistie internationale. Elle profitera de son passage en sol européen pour aller chercher à Bonn au nom de son mari le Prix pour la liberté d'expression Deutsche Welle.

Il y a un an, le blogueur saoudien recevait une seconde condamnation, qui portait sa peine à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir tenu un blogue sur des questions sociales.

L'édition française des billets de Raif Badawi paraîtra en juin. Il s'agit des écrits qu'il a publiés sur son blogue. « Il est content de ça, Ensaf aussi », commente Mireille Elchacar, agente de développement régional pour Amnistie internationale en Estrie. « En Allemagne, il y a une maison d'édition qui a décidé de les regrouper. C'est un best-seller. »

Une maison d'édition française a emboîté le pas. On ne connaît pas encore la date où ses écrits seront disponibles au Québec. « C'est très intéressant. Les gens vont pouvoir juger par eux-mêmes : il a été emprisonné pour avoir écrit ça... »

D'autres vigiles

Au cours de sa tournée en Europe, Ensaf Haidar s'arrêtera notamment en Norvège, en France, en Allemagne et à Londres, à la maison-mère d'Amnistie internationale. L'histoire de Raif Badawi trouve beaucoup d'écho en Allemagne et en Norvège. La tournée européenne d'Ensaf Haidar, qui s'est réfugiée à Sherbrooke avec ses trois enfants, lui permettra de plaider sa cause auprès des élus et des militants.

«L'Arabie saoudite ne donne pas de réponse. Elle n'a pas annulé la peine. La partie n'est pas gagnée.»


Une vigile spéciale est prévue ce jeudi devant l'Assemblée nationale à Québec. Ensaf Haidar sera sur place.

L'écrivain Richard Dallaire, jumelé l'automne dernier à Raif Badawi dans le cadre de Livres comme l'air, lira une lettre ouverte demandant au gouvernement fédéral d'en faire plus pour sa libération. Le dramaturge Michel-Marc Bouchard fera de même à Montréal. Les deux lettres ouvertes ont été cosignées par plus de 200 personnalités de la province, dont l'auteure Marie Laberge, le comédien Marc Labrèche et le réalisateur Xavier Dolan.

À Sherbrooke, la vigile reprendra vendredi devant l'hôtel de ville de Sherbrooke, avec la présence d'une chorale gospel.

Raif Badawi est emprisonné en Arabie saoudite depuis 2012. Il a été flagellé pour la première fois le 9 janvier dernier et n'a plus été fouetté par la suite. Difficile de dire précisément pourquoi, selon Mme Elchacar.

« Il y a chaque semaine des gens qui sont amputés. C'est difficile à dire, l'Arabie saoudite ne donne pas de réponse. Elle n'a pas annulé la peine. La partie n'est pas gagnée. »

Depuis le début de l'année, 71 exécutions ont eu lieu en Arabie saoudite. De plus, selon Mme Elchacar, le nombre de décapitations a augmenté.

L'avocat de Raif Badawi, Waleed Abulkhair, est également en prison. On apprenait en avril qu'il avait été torturé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer