Les chefs du concours Cuisinez cochon ont joué d'audace

La journaliste Laura Martin... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

La journaliste Laura Martin

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Onze chefs, onze manières d'apprêter le porc. Les invités du concours Cuisinez cochon ont joué d'audace pour épater la galerie et régaler les papilles.

Jean Soulard... (Imacom, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Jean Soulard

Imacom, Frédéric Côté

Tenu en marge de l'événement gastronomique estival Sherbrooke t'en bouche un coin, le concours Cuisinez cochon réunissait lundi au restaurant O Chevreuil onze chefs provenant de restaurants ou de traiteurs d'un peu partout en Estrie, qui devaient préparer un plat de porc original dans le but de le proposer sur leurs propres menus.

Les créations étaient ensuite évaluées par un panel de juges professionnels composé des réputés chefs Thierry Daraize, Jean Soulard, qui assure aussi le rôle de porte-parole de Sherbrooke t'en bouche un coin pour une deuxième année consécutive, et Roland Ménard ainsi que de notre collègue de La Tribune, Laura Martin. Parallèlement, un jury populaire avait lui aussi le mandat de goûter et d'évaluer les plats.

« J'ai trouvé que les chefs s'étaient investis, je les ai sentis impliqués, ils ont fait plusieurs essais », a commenté le président du jury, Thierry Daraize, qui n'a pas manqué de saluer la qualité des onze plats dégustés : un niveau d'excellence plus uniforme que l'année précédente selon ses dires.

Lui et Jean Soulard ont tous deux noté la ressemblance entre les plats et la personnalité de leur chef, le dernier a même réussi à lier quelques créations à leur auteur avant le dévoilement.

« J'avais déjà vu l'ADN de quelques chefs dans certains plats, ils ont une signature particulière », a commenté M. Soulard.

« J'ai grandement apprécié le fait qu'on sente la personnalité du chef dans son plat, quand on voit que le chef est en symbiose avec son travail », a pour sa part évalué M. Daraize.

Thierry Daraize... (Imacom, Frédéric Côté) - image 2.0

Agrandir

Thierry Daraize

Imacom, Frédéric Côté

Une concentration de talent

Sherbrooke, et l'Estrie en général, regorge de talents en gastronomie; une affirmation confirmée par M. Soulard qui note le climat de confrérie qui règne entre les chefs de la région.

« Ici, il y a une gastronomie de tous les niveaux. Tu peux manger à une nappe blanche comme à une table de bois. Le phénomène de la bistronomie est très fort à Sherbrooke. »

« On n'est pas encadré dans un style, a pour sa part noté M. Daraize. Dans les grandes villes, ça manque parfois d'identité, ici les gens veulent se démarquer. »

Les gagnants du concours seront dévoilés le 1er juin et les recettes gagnantes seront reproduites sur la scène des chefs par leur créateur dans le cadre de Sherbrooke t'en bouche un coin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer