La Ville impose des tarifs aux descentes à bateau

Les utilisateurs des descentes à bateau de la Ville de Sherbrooke pourraient... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Les utilisateurs des descentes à bateau de la Ville de Sherbrooke pourraient avoir à changer leurs habitudes. Celle de la rue Rodrigue sera désormais réservée aux résidants du secteur alors que celle du parc de la Plage-Municipale de Deauville sera réaménagée et tarifée.

« Ce sont deux situations opposées. Le parc Rodrigue est la dernière descente qui donne accès à l'ensemble du Petit Lac Magog. L'achalandage était devenu important et créait beaucoup de conflits pour les utilisateurs. En travaillant sur une solution, nous avons soulevé une deuxième problématique au parc de la Plage-Municipale. Dès que nous resserrons l'utilisation au plateau Rodrigue, nous déplaçons la charge vers la plage de Deauville », explique Yves Tremblay, chef de la division des parcs et espaces verts à la Ville de Sherbrooke.

Rappelons que les résidants du secteur avaient déposé une pétition de 153 noms en octobre dernier pour demander l'accessibilité exclusive à la descente à bateau.

« Nous ramenons le parc Rodrigue à l'usage du quartier, parce qu'il a une configuration très limitée », mentionne M. Tremblay. Une barrière sera donc ajoutée pour limiter l'accès à ladite descente. Seuls les résidants des rues Rodrigue, Roderic, Ringuette, Limon et Trinité pourront se procurer un permis au coût de 30 $ pour obtenir la combinaison leur permettant d'ouvrir la barrière. Le stationnement sur rue avec remorque sera interdit des deux côtés. Une amende de 75 $ sera imposée aux contrevenants.

À la plage de Deauville, des travaux d'environ 200 000 $ seront nécessaires. « Nous reverrons la qualité du stationnement pour accueillir davantage de plaisanciers. Il y aura aussi un contrôle pour bien utiliser l'espace. La descente à bateau sera redessinée et reconstruite entre le 15 août et le 15 septembre. Nous disposerons de peu de temps en raison des contraintes environnementales. »

Le terrain de volleyball sera quant à lui déplacé. « Nous voulons en quelque sorte séparer les utilisateurs en fonction de leurs besoins sur le site. » Une aire d'inspection visuelle des bateaux sera aussi aménagée. Une station de lavage n'a pas été jugée nécessaire pour le moment. L'eau du lac n'est pas suffisamment riche en calcium pour la survie de la moule zébrée.

Le nouveau stationnement suffira-t-il à la demande? « Nous voulions aussi équilibrer la capacité d'accueil du secteur. Dans les autres descentes à bateau, le nombre de places est toujours limité aussi. »

Les Sherbrookois pourront obtenir un permis saisonnier pour la plage de Deauville au coût de 30 $. Les non-résidants devront défrayer des coûts de 375 $ pour le même permis. Des permis journaliers seront aussi disponibles pour 10 $ pour les résidants et 30 $ pour les non-résidants. Les prix pour le stationnement seront également de 10 $ pour les résidants et de 30 $ pour les non-résidants. Le stationnement sur rue avec remorque sera interdit.

La Ville estime qu'elle empochera des revenus d'environ 40 000 $ annuellement grâce à l'imposition de ces nouveaux tarifs. Ces prévisions sont jugées conservatrices. Les tarifs entreront en vigueur dès juin. Hors saison, le prix sera imposé du jeudi au dimanche. En haute saison, il sera imposé tous les jours.

Selon les statistiques de la Ville, près de 3000 personnes fréquentent le parc de la Plage-Municipale annuellement. De ce nombre, 84 % seraient originaires de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer