AGEFLESH: le juge émet une injonction interlocutoire

Le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure émet une injonction interlocutoire... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure émet une injonction interlocutoire visant l'Association générale étudiante de la faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke (AGEFLESH). Celle-ci ordonne à l'association étudiante et à ses membres de ne pas perturber les cours et de laisser libre accès aux salles de classe.

L'ordonnance est valable « jusqu'au jugement final à intervenir sur la demande d'injonction permanente ». L'AGEFLESH devra publier cette décision sur sa page Facebook.

La session d'hiver se terminait le 24 avril à la faculté des lettres et sciences humaines de l'UdeS (FLSH). Lorsqu'ils ont mis fin à la grève le mois dernier, les étudiants de la FLSH ont toutefois opté pour la tenue d'une assemblée en septembre, où ils seront appelés à se prononcer de nouveau sur la tenue d'une grève.

Rappelons qu'au tout début de la grève, un groupe de 13 étudiants a déposé une requête en injonction visant à assurer la tenue des cours. Une injonction interlocutoire provisoire avait été émise, ordonnant à l'AGEFLESH de ne pas perturber les cours sur le campus de l'UdeS.

Au lendemain de l'ordonnance, les cours avaient tout de même été perturbés; certains requérants ont craint pour leur sécurité. À la suite de ces incidents, l'avocat des requérants, Me Hugo Champoux, avait fait valoir qu'il entamerait des démaches afin de déposer une requête en outrage au tribunal visant l'AGEFLESH.

Dans l'ordonnance d'injonction interlocutoire rendue hier, le juge Dumas rappelle d'ailleurs que l'injonction rendue précédemment par son collègue « a volontairement été défiée ».

L'injonction interlocutoire provisoire avait ensuite été prolongée, le temps que le juge Gaétan Dumas tranche la question concernant l'injonction interlocutoire.

Les quelque 2000 étudiants de la FLSH ont fait la grève entre le 24 mars et le 7 avril. Réunis en assemblée générale le 7 avril, les étudiants ont mis fin à leurs moyens de pression, tout en se donnant rendez-vous cet automne. En tenant une grève sur le campus, les étudiants voulaient ainsi contester les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer