Exclusif

Pierre Moreau vient discrètement tâter le pouls de la région

Le maire Bernard Sévigny et le ministre Pierre... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Le maire Bernard Sévigny et le ministre Pierre Moreau.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sans tambour ni trompette, le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire Pierre Moreau est passé à l'hôtel de ville de Sherbrooke, mardi, pour rencontrer les préfets des MRC estriennes. Il en profitait pour expliquer les suites du projet de loi 28, qui abolit notamment les conférences régionales des élus et les centres locaux de développement.

« J'ai entrepris une tournée du Québec un peu avant l'adoption du projet de loi 28 dans chacune des régions du Québec pour rencontrer les préfets des MRC et leur expliquer comment nous prévoyons donner suite à l'adoption de ces dispositions et comment la nouvelle gouvernance régionale se déclinera », a expliqué le ministre Moreau à la sortie de la rencontre mardi.

M. Moreau indiquait vouloir terminer sa tournée des régions avant les assises de l'Union des municipalités du Québec prévues du 21 au 23 mai. « Nous voulons leur demander s'il y a des éléments sur lesquels ils veulent des éclaircissements en ce qui concerne la gouvernance régionale. Nous voulons recevoir aussi les suggestions des préfets sur les améliorations qui peuvent être apportées. Nous sommes dans une période de transformation profonde dans le monde municipal où nous aurons à discuter l'ensemble des lois municipales dans la révision de la relation entre le gouvernement du Québec et les municipalités. » Le ministre Pierre Moreau rappelle que le Fonds de développement des territoires compte 100 M$. Il estime que de concentrer les transferts vers les MRC, plutôt que les CRÉ, constitue un pas en avant. «  On dit que ces transferts se feront sans condition. Ce sont vous les élus régionaux qui décideront comment ça se fait.

« L'argent transitera toujours par la MRC parce que c'est elle qui est imputable. Nous ne retournons pas 20 ans en arrière. Au contraire, moi je dis que je vous projette 20 ans en avant parce qu'on dit que de cette façon-là, les élus seront ceux quidonneront la couleur de leur territoire. Ce n'est pas Québec qui dira qu'il y a 12 CRÉ ou 19 CRÉ... Il y aura autant d'instances supraterritoriales qui dépasseront les MRC en matière de concertation que ce que les élus auront décidé. Je puise des demandes qui existent depuis 40 ans dans les municipalités qui exigent plus d'autonomie.

« Ce que je dis à tous, c'est que la Conférence régionale des élus est un modèle unique, du mur-à-mur dessiné à Québec pour l'ensemble des régions. Dans la perspective d'avoir un rapport de confiance et de proximité avec les élus, et surtout de nous asseoir sur la légitimité des élus locaux et régionaux, on dit à ces gens-là : dorénavant, c'est vous qui dessinerez le modèle de concertation que vous souhaitez avoir. » Pierre Moreau donne l'exemple de la région de Québec, où le modèle de la CRÉ est remplacé par un regroupement de Charlevoix, Québec, Lévis et Portneuf.

« Ça ne répond à aucune limite de territoire de MRC, ça ne répond à aucune limite de territoire régional au plan administratif pour le Québec, mais ces élus se sont dit que leur concertation, pour le développement touristique et économique, c'était le meilleur territoire pour y parvenir. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer