Minuit moins une pour les bingos

Devant les pertes majeures qu'elle subit à l'échelle provinciale, l'industrie... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Devant les pertes majeures qu'elle subit à l'échelle provinciale, l'industrie du bingo demande au ministre des Finances Carlos Leitao de lui donner le feu vert pour se moderniser et assurer sa pérennité.

Gaston Leroux... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Gaston Leroux

Archives La Tribune

Depuis 2001, plus de 100 salles de bingo sont disparues au Québec, passant de 153 à 52 actuellement. Au cours des quatre dernières années, l'industrie du bingo a essuyé des pertes de plus de 100 M$, dont 3,3 M $ seulement sur le territoire du Centre-du-Québec, de la Mauricie et de l'Estrie; une chute équivalant à 19 % des revenus pour les organismes de la région, ce qui fait dire au directeur général du Secrétariat du bingo « [qu'] il est minuit moins une ».

« Le temps est notre ennemi, estime Gaston Leroux. Dans les quatre dernières années, l'industrie a perdu 100 M$ de chiffre d'affaires. Comme les revenus sont issus à près de 40 % du bingo pour 800 organismes dans la province, on a plein d'organismes communautaires qui tentent de survivre. »

Plan de modernisation

Un plan de modernisation de l'industrie élaboré par le Secrétariat et l'ex-Société des bingos soumis au ministre des Finances est à l'étude depuis quelques mois par Loto-Québec et par la Société des établissements de jeux du Québec.

Celui-ci se base sur les changements qui ont été apportés à l'encadrement du jeu en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario, où il est notamment possible de jouer en réseau. Des joueurs participants au bingo au Salon Abénaquis ou au Salon du bingo de Sherbrooke pourraient donc être regroupés avec des joueurs de Drummondville et Granby, par exemple. On compte également axer en partie l'ambiance des salles sur le modèle offert par le Kinzo, qui mise sur la rapidité, la convivialité et des décors modernes pour bonifier l'expérience de jouabilité.

« Ça va demander un encadrement légal et réglementaire qui diffère beaucoup de celui qui encadre le bingo traditionnel, note Gaston Leroux. Il faut renouveler la clientèle en attirant des jeunes et pour ce faire, ça nous prend le droit de pouvoir opérer au sein des salles de bingo d'autres jeux et plateformes technologiques de jeux électroniques. Il faut moderniser les salles, les éclairages et créer des ambiances qui vont attirer les jeunes. »

Les joueurs traditionnels ne seront pas oubliés pour autant prend-il cependant soin d'ajouter.

« Dans les années 1970, pendant l'âge d'or du bingo, les salles pouvaient accueillir jusqu'à 500 personnes, tandis qu'elles en accueillent aujourd'hui 150. Il y a beaucoup d'espace vide qu'on veut utiliser pour faire cohabiter les joueurs traditionnels, qui continueraient de jouer sur des cartes d'un côté, et de nouveaux joueurs qui voudraient profiter plus d'une ambiance moderne tout en gardant un oeil sur leurs cartes numériques pendant la soirée ou d'autres jeux auxquels ils pourront jouer. »

Gaston Leroux dit souhaiter que Carlos Leitao donne son aval au dossier avant la fin de la session parlementaire, prévue le 12 juin

« Ça va nous prendre quelques mois pour les projets-pilotes et comme l'industrie est très fragile, il ne faut plus perdre de temps. Au final, c'est toujours dans le but que les organismes continuent de retirer des revenus. Des organismes qui rayonnent dans leur milieu en culture, en santé, en sports, en divertissement et autres. S'ils n'ont plus ces revenus, à quelles portes vont-ils aller cogner pour financer leurs activités communautaires? » demande le directeur général du Secrétariat.

« C'est une opportunité privilégiée d'obtenir du financement par le biais du bingo. Tout le monde se cherche des moyens d'obtenir des sous et les soupers spaghetti et tournois de golf sont saturés; il ne faudrait donc pas échapper celui-là. »

Partager

À lire aussi

  • Le bingo a toujours sa place

    Sherbrooke

    Le bingo a toujours sa place

    Même si le bingo ne fait plus courir les foules autant que lors de ses belles années, Sylvain Tessier persiste et signe à propos du jeu de société :... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer