La vigile pour Raif Badawi fait relâche

La vigile organisée tenue habituellement le vendredi en soutien au blogueur... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La vigile organisée tenue habituellement le vendredi en soutien au blogueur saoudien Raif Badawi fait relâche, de même que la semaine prochaine. Les défenseurs du prisonnier d'opinion se retrouveront le 8 mai, devant l'hôtel de ville de Sherbrooke.

Mireille Elchacar, agente de développement régional en Estrie pour Amnistie internationale, indique que les responsables préfèrent ne pas épuiser les sympathisants « dont certains sont très sollicités en préparation au 1er mai, dans le cadre des compressions liées à l'austérité », sans compter que la conjointe du blogueur, Ensaf Haidar, a également besoin de ralentir. Au cours des dernières semaines, on a pu la voir sur diverses tribunes afin de réclamer la libération de son mari, emprisonné en Arabie saoudite depuis 2012. L'événement fait relâche même si les sympathisants sont toujours nombreux au rendez-vous.

Par ailleurs, une course de 5 km aura lieu le 26 avril à Montréal dans le cadre du Défi caritatif de la Banque Scotia. Une équipe de l'Estrie, composée notamment d'Ensaf Haidar et de Mireille Elchacar, participera à la course en l'honneur du blogueur. L'activité permettra d'amasser des fonds pour Amnistie internationale.

15e report

Raïf Badawi évite une nouvelle fois la flagellation en Arabie saoudite. Le bureau français d'Amnistie internationale, basé à Paris, a rapporté la nouvelle de ce 15e report de suite, vendredi.

Raïf Badawi est emprisonné depuis 2012 pour avoir critiqué le régime saoudien et s'être exprimé sur l'islam dans son blogue qui fait la promotion des droits de la personne et de la démocratie dans son pays.

Sa femme, Ensaf Haidar, et leurs enfants sont présentement réfugiés à Sherbrooke, au Québec.

M.Badawi a été condamné à 10 ans de prison, à 300 000 $ d'amende et à 1000 coups de fouet. Il a reçu une première série de 50 coups il y a quelques mois mais la séance de flagellation a été reportée à chaque vendredi, depuis.

De nombreuses pressions sur le régime saoudien sont appliquées à l'échelle internationale ce qui, d'après certains observateurs, a pu faire fléchir les autorités.

- Avec Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer