La Ville reverra le projet du boulevard Industriel

La Ville de Sherbrooke tentera de réduire la facture que devront assumer les 17... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke tentera de réduire la facture que devront assumer les 17 commerçants du boulevard Industriel en raison des travaux de prolongement du boulevard de Portland et d'aménagement d'un carrefour giratoire à l'intersection des deux boulevards.

En point de presse jeudi après-midi, le maire Bernard Sévigny a annoncé que les services municipaux mettront quelques semaines à proposer de nouveaux aménagements moins coûteux.

Rappelons que lesdits commerçants n'avaient pas été prévenus qu'ils partageraient les coûts d'urbanisation des approches du nouveau carrefour giratoire. Les propriétaires en question devaient se partager une facture de 625 000 $, ce qui avait soulevé leur mécontentement.

Une rencontre avec les services municipaux était prévue jeudi pour expliquer la répartition de ces frais.

«Des ratés»

Elle a été annulée en matinée pour être remplacée par un point de presse.

«Il y a eu des ratés, a réitéré le maire Sévigny. Je comprends que les propriétaires soient choqués et en désaccord avec cette façon de faire. Oui, il y a eu de mauvaises décisions qui ont été prises, ce qui a mené à une situation tendue et à une quasi-crise.»

«C'est clair que nous avons manqué à nos devoirs et j'en prends la responsabilité, parce que c'est moi le maire de la ville. L'idée est de prendre acte de ces erreurs et de prendre des décisions pour s'améliorer.»

«J'ai demandé au directeur général de réviser le projet des deux approches, d'effectuer des analyses plus approfondies et de présenter différentes options.»


Bernard Sévigny... (Archives La Tribune, Jessica Garneau) - image 3.0

Agrandir

Bernard Sévigny

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Concrètement, Bernard Sévigny assure que l'urbanisation de 220 mètres du boulevard Industriel à l'ouest du carrefour giratoire et de 405 mètres à l'est de la nouvelle structure est nécessaire et essentielle.

«Elle peut se faire différemment, en laissant tomber des éléments. J'ai demandé au directeur général de réviser le projet des deux approches, d'effectuer des analyses plus approfondies et de présenter différentes options. Si on élaguait, par exemple en laissant tomber la piste cyclable et les trottoirs pour laisser des fossés à ciel ouvert, ça voudrait dire quoi?»

Le maire insiste pour dire que la sécurité des utilisateurs du nouveau tronçon ne sera jamais compromise par les changements potentiels. «Il faudra deux ou trois semaines pour refaire nos devoirs et reprendre le processus d'information. Nous présenterons les options au conseil et aux propriétaires concernés.»

Bernard Sévigny n'a pas voulu présumer des options qui seraient proposées. «Je ne peux pas dire non plus dans quelle mesure la facture sera diminuée. Est-ce que la part des commerçants sera de 300 000 $, de 0 $? Je ne sais pas. Je ne dis pas que la Ville assumera davantage de coûts. On fera le choix d'abandonner ou pas des aménagements, ce qui ne remet en question ni le chantier, ni les échéanciers.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer