Une autre hausse de la taxe scolaire envisagée à la CSRS

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) pourrait de nouveau... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) pourrait de nouveau augmenter la taxe scolaire pour la prochaine année. Même si l'organisation nage en pleine incertitude, tant pour son sort que celui de la taxe scolaire, l'organisation sait qu'elle fera face à la fin du programme de péréquation pour une troisième année. La fin de cette mesure représente pour 2015-2016 une somme de 3,7 M$ en moins.

Gilles Normand... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Gilles Normand

Archives La Tribune

À l'instar d'autres commissions scolaires, la CSRS a dû composer avec la fin d'une mesure de péréquation versée par Québec, ce qui représente 14,9 M$ sur trois ans. Après avoir soustrait 7,5 M$ en 2013 et 3,7 M$ en 2014, la CSRS se retrouve en 2015-2016 avec 3,7 M$ de moins dans ses coffres.

« Ce qui est clair, pour l'an prochain, c'est que le gouvernement va retenir 3,7 M$ », note le président de la CSRS Gilles Normand.

Interrogé sur ce que la CSRS ira récupérer auprès des contribuables, il souligne que cela fera l'objet de discussions avec les élus scolaires au cours des prochaines semaines.

« Il faudra ajouter dans l'équation les compressions qu'on annonce... »

L'été dernier, les contribuables de la CSRS ont constaté une hausse de leur taux de taxe scolaire de 5 % par rapport à l'année précédente. La CSRS s'est tournée vers eux pour récupérer 3,7 M$. Elle a alors uniformisé le taux à 28 cents du 100 $ d'évaluation.

Les changements que le gouvernement compte apporter à l'application de la taxe scolaire ne seront pas effectifs à court terme, rappelle la CSRS. Pour le moment, on sait seulement que Québec veut réformer la taxe scolaire.

« Il faut adopter le budget avant », illustre André Lamarche, directeur général adjoint à l'administration, qui deviendra directeur général en juillet.

« Il y a beaucoup de choses qui s'annoncent, mais pas beaucoup de choses qui se terminent. C'est très difficile pour nous de fonctionner adéquatement. Aussi ridicule que ça puisse paraître, on est une organisation qui doit travailler sur la réussite des jeunes, et on ne peut même pas travailler sur un plan stratégique... » commente M. Normand.

Rappelons qu'afin d'éviter une hausse drastique lorsque la valeur des maisons a bondi en 2006, le gouvernement libéral avait décidé d'accorder une réduction du compte de taxes. Afin de compenser cette réduction accordée aux contribuables, une mesure de péréquation complémentaire était versée aux commissions scolaires. Lorsque le gouvernement a mis fin à cette mesure de compensation, les commissions scolaires se sont tournées elles-mêmes vers les contribuables pour récupérer ces sommes.

Au lendemain de cette nouvelle hausse de taxe, l'été dernier, la CSRS n'avait pas caché que les contribuables pourraient composer avec une hausse similaire du taux de taxe scolaire encore cette année.

Les compressions sont de l'ordre de 11 M$ au cours des cinq dernières années, sans compter la fin du programme de péréquation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer