André Lamarche à la barre de la CSRS

André Lamarche... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

André Lamarche

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le directeur général adjoint à l'administration à la CSRS, André Lamarche, prendra les rênes de l'organisation à compter du 1er juillet. La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a annoncé sa nomination, mardi, à titre de directeur général. Il succèdera à Michel Bernard, qui part pour la retraite le 30 juin.

Même si le sort de la CSRS est incertain en raison des fusions prévues par le gouvernement, le conseil des commissaires voulait qu'un directeur général succède à M. Bernard, et pas seulement de façon temporaire, indique le président de la CSRS, Gilles Normand.

Pourquoi ne pas avoir opté pour des fonctions intérimaires?

« Ça lui permet de diriger l'organisation en étant vraiment le directeur général, de pouvoir discuter avec les gens de son milieu à un même niveau... Le conseil voulait que quelqu'un soit là comme dirigeant (...) Diriger par intérim, tu ne diriges pas. La réflexion du conseil, c'est qu'on a besoin de quelqu'un en place, qui parle à ses employés comme dirigeant. Il parle avec ses pairs; on a des discussions à faire avec les autres organisations régulièrement, qu'il y ait fusion ou pas. Si on embarque dans un modèle de fusion, ça prend des gens qui travaillent à un même niveau sur le projet. »

Il n'y a pas eu d'appel de candidatures.

« Le conseil nomme un directeur général, il peut prendre la procédure qu'il veut pour faire la nomination », indique M. Normand.

Selon lui, l'organisation avait besoin de quelqu'un qui connaît bien le fonctionnement de la commission scolaire. « On est dans un modèle d'incertitude, allons vers la continuité. »

Rappelons que le scénario de fusions dévoilé par Québec prévoyait une seule commission scolaire francophone en Estrie, réunissant la CSRS, de même que les commissions scolaires des Hauts-Cantons (CSHC) et des Sommets (CSS). Elles ont toutefois fait une proposition prévoyant le maintien de la CSRS et le regroupement de la CSHC et de la CSS. Les commissions scolaires de la province attendent de voir quel scénario sera privilégié.

M. Lamarche a commencé sa carrière à la CSRS comme enseignant, pour ensuite devenir directeur. Il est devenu directeur général adjoint à l'administration en 2008. Il cumule 24 ans d'expérience en éducation.

Comment le principal intéressé envisage-t-il ce mandat, en cette période d'incertitude?

« C'est certain que c'est la continuité... On a fait tellement de belles choses dans les dernières années, on veut continuer de faire ça. Développement pédagogique, optimisation des processus, équilibre budgétaire, et surtout, maintenir la mobilisation et sécuriser les employés. On est dans une période de turbulences (...) L'important, c'est de maintenir la cohérence de la commission scolaire et la mobilisation des gens parce que tout ce qu'on vise, c'est la réussite des élèves et la persévérance. C'est dans cet esprit-là que je vais faire mon mandat. On va sortir un jour de cette turbulence. Il faut sortir fort, prêt à repartir à vitesse grand V. D'ici là, il ne faut pas arrêter... »

Le prochain directeur général adjoint à l'administration n'est pas encore connu.

Quant à la durée du mandat de M. Lamarche, M. Normand précise que ces données sont confidentielles.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer