Moins d'étudiants, moins d'argent au Cégep

Le Cégep de Sherbrooke s'attend à connaître une baisse de 100 étudiants à... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Cégep de Sherbrooke s'attend à connaître une baisse de 100 étudiants à compter de la rentrée scolaire, un impact qui s'explique par la démographie et qui aura des conséquences financières pour l'établissement, déjà aux prises avec une situation budgétaire difficile.

L'établissement sherbrookois anticipe des coupes additionnelles de l'ordre de 1 M$, à la suite du dépôt du budget provincial. Il a déjà fait face à plusieurs compressions au fil des ans.

La direction de l'établissement avait déjà fait valoir, par le passé, que chaque tranche d'une centaine d'étudiants en moins représentait environ 100 000 $ de moins dans les coffres. L'impact financier peut varier selon différents facteurs. La baisse de la population étudiante a également un impact sur le nombre de professeurs.

«Le nombre d'étudiants a diminué depuis cinq ans», rappelle la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger. L'établissement a connu un pic de clientèle en 2009 : il dénombrait alors plus de 6500 étudiants. Il avait dû installer des unités modulaires mobiles sur le campus afin d'accueillir toute sa clientèle. Le nombre d'étudiants est toutefois généralement supérieur aux prévisions d'effectifs effectués par le ministère de l'Éducation.

«On a les données du dernier tour d'admission : on a une diminution par rapport à l'an passé. La baisse est plus marquée au préuniversitaire qu'au technique.»


Le tableau quant au nombre d'étudiants prévus à l'automne 2015 peut toutefois encore changer.

«Pour le moment, ce sont des données assez brutes, il faut faire des analyses», souligne Mme Bélanger.

«Le comportement par rapport aux admissions a changé avec le temps. Souvent, les étudiants vont faire des demandes aux troisième et quatrième tours, ce qui fait augmenter la population étudiante», explique Mme Bélanger.

La direction recense aussi une augmentation importante des étudiants s'inscrivant au «Tremplin-Dec» (auparavant connu comme Accueil et intégration), ce qui permet entre autres à la clientèle d'obtenir des cours préalables et de poursuivre son cheminement en attendant d'être officiellement inscrite dans un programme.

«On a les données du dernier tour d'admission : on a une diminution par rapport à l'an passé. La baisse est plus marquée au préuniversitaire qu'au technique.»

Elle note toutefois, par exemple, une augmentation des demandes d'admission en techniques informatiques de 18 % : un signe encourageant, puisqu'il s'agit d'un domaine où les besoins en main-d'oeuvre sont importants.

Par ailleurs, la direction constate «que l'effectif scolaire de la cinquième secondaire du bassin immédiat du Cégep a continué à baisser de façon significative, après une année de répit en 2012».

Ainsi, en 2014, le Cégep enregistre 2003 élèves de cinquième secondaire recensés dans les écoles du bassin immédiat (excluant le Goéland), soit 203 de moins par rapport à l'année précédente. Une bonne nouvelle, cependant : le taux de passage secondaire-Cégep de Sherbrooke est demeuré stable au fil des ans, ce qui reflète, aux yeux de l'institution, que les efforts de la communauté régionale pour contrer le décrochage se maintiennent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer