Les étudiants du Cégep votent sur trois jours de grève

Le Centre de l'activité physique (CAP) de l'institution... (La tribune, Isabelle Pion)

Agrandir

Le Centre de l'activité physique (CAP) de l'institution était rempli mercredi en début d'après-midi.

La tribune, Isabelle Pion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Après les étudiants de la faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) de l'Université de Sherbrooke, c'était au tour des étudiants du Cégep de Sherbrooke de se prononcer sur un mandat de grève. La proposition sur la table est de trois jours, soit les 29, 30 avril et 1er mai.

Le Centre de l'activité physique (CAP) de l'institution, lieu de l'assemblée générale, était rempli mercredi en début d'après-midi. L'assemblée, très courue, a d'ailleurs commencé avec un peu plus d'une demi-heure de retard et devait durer jusqu'à la fin de l'après-midi; une levée de cours a été accordée jusqu'à 16h30.

Dans la proposition qui sera débattue, on peut lire que l'Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS) s'est déjà positionnée contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard et que les étudiants de l'institution subissent les coupes « passées et à venir en éducation ».

La proposition note aussi que les « conditions de travail des employés du Cégep se dégradent ».

Si les étudiants votent en faveur de la proposition sans la modifier, du piquetage sera organisé tous les matins à partir de 7 h « afin que la direction du Cégep reconnaisse la grève et que les cours soient levés ».

Les journées du 29 et du 30 avril serviront de journées de mobilisation, de formation et d'échange, tandis que la journée du premier mai sera organisée « en concertation avec le Front social estrien », un regroupement de plusieurs organismes qui contestent les différentes mesures du gouvernement Couillard.

Le Cégep de Sherbrooke accueille plus de 6000 étudiants. Le quorum avait été constaté en début d'assemblée.

Les étudiants de la FLSH ont pour leur part renoncé à la poursuite de la grève, mardi soir, lors d'une assemblée générale où ils étaient appelés à se prononcer sur la reconduction du mandat de débrayage.

Les étudiants de cette faculté étaient en grève depuis le 24 mars dernier. Une injonction avait été émise la semaine dernière contre l'Association générale étudiante de la FLSH (AGEFLESH) : elle ordonnait à l'association étudiante de ne pas perturber les cours des 13 requérants, les étudiants à l'origine de l'injonction.

L'AGEFLESH, les requérants et l'UdeS étaient d'ailleurs de retour en cours, mercredi après-midi, pour l'audition sur la requête en injonction interlocutoire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer