Transport adapté: «On veut relancer le dialogue»

France Croteau... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

France Croteau

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les charges du Regroupement des usagers du transport adapté de Sherbrooke (RUTASM) à l'endroit de la Société de transport de Sherbrooke (STS) s'adouciront légèrement au cours des prochaines semaines.

Dans une lettre parvenue à La Tribune , une dizaine d'organismes venant en aide aux personnes souffrant d'un handicap demandent à la STS un moratoire relativement «à l'équilibre budgétaire du transport adapté» afin de leur «permettre de travailler ensemble sur la problématique plutôt que de s'affronter sur la place publique».

«On s'est mis plusieurs ensemble pour sensibiliser les décideurs et la STS. Le but, c'est de relancer la concertation. On veut relancer le dialogue entre nous», évoque la coordonnatrice pour le RUTASM, France Croteau.

«Il y a des mesures qui ont été initiées à l'automne 2014 de manière peut-être trop unilatérale et on n'a pas pu manifester nos opinions et nos suggestions. On est rendus en avril et on dit que c'est le temps de faire un moratoire et de reprendre le dialogue avec la STS. On est plusieurs organismes qui veulent s'asseoir avec la STS, pour sensibiliser les élus et le maire à la nécessité de continuer le développement du transport adapté au niveau des sous que ça demande et on est prêts à faire des revendications auprès du ministère des Transports du Québec (MTQ).»

Services inadéquats

Rappelons qu'on déplore chez les organismes que les coupes budgétaires à la STS ont initialement occasionné des délais de plusieurs jours avant de prodiguer du transport à des usagers, l'abolition des transports réguliers pour les activités de loisirs et des retards au travail et aux rendez-vous, notamment. La STS a finalement ramené les services de transports réguliers pour les activités de loisirs le 14 mars, mais Mme Croteau prône qu'on investisse davantage dans les services de transport adapté.

«Plusieurs transporteurs veulent diminuer les critères pour diminuer les coûts, mais c'est l'intégration des personnes qui est en jeu. Le transport est l outil privilégié pour s'intégrer. Si tu ne peux pas sortir, tu ne peux pas rien faire. Il y a des fonds prévus au MTQ s'il y a augmentation de l'achalandage en transport adapté pour financer une partie du développement. Nous, on a peur que les transporteurs veuillent réduire l'achalandage et le développement», souligne-t-elle.

Appelé à commenter la situation, le conseiller dans le district des Châteaux-d'Eau et président de la STS, Bruno Vachon, a préféré s'abstenir, alléguant qu'il allait «prendre connaissance de la lettre» avant de le faire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer