Serge Cardin n'exclut pas un retour avec le Bloc

Serge Cardin... (Archives La Tribune)

Agrandir

Serge Cardin

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Serge Cardin songe sérieusement à tenter un retour en politique fédérale en se présentant comme député du Bloc Québécois dans la circonscription de Sherbrooke aux prochaines élections. Sa décision dépendra de celle du président de l'exécutif du Bloc québécois à Sherbrooke, Sébastien Gagnon.

Sébastien Gagnon... (Imacom, Julien Chamberland) - image 1.0

Agrandir

Sébastien Gagnon

Imacom, Julien Chamberland

« J'ai toujours la flamme pour l'indépendance du Québec, un projet qui me tient à coeur. Le Bloc a connu une terrible défaite en 2011 et je suis prêt à faire ma part pour que nous soyons plus nombreux à représenter les indépendantistes à Ottawa. Mais avant de plonger, j'attends de voir si un autre candidat, un ami, se présentera », a commenté M. Cardin.

Cet « autre candidat » dont il est question est le président de l'exécutif du Bloc québécois à Sherbrooke, Sébastien Gagnon, qui a manifesté par le passé son intérêt à poser sa candidature pour ce parti à Sherbrooke lors des élections fédérales de 2015.

Joint au téléphone, l'avocat Sébastien Gagnon affirme ne pas avoir pris de décision concernant sa possible candidature. « Je crois que Serge et moi prendrons la décision ensemble dans le meilleur intérêt du parti », a commenté Me Gagnon ajoutant que la décision devrait se prendre au cours des deux prochaines semaines.

«J'ai toujours la flamme pour l'indépendance du Québec, un projet qui me tient à coeur.»


Député bloquiste à Sherbrooke de 1998 à 2011, M. Cardin sent qu'une portion de la population est toujours derrière lui. « Certaines personnes viennent me voir pour s'excuser pour 2011. Ils me disent qu'ils ont voté par sympathie pour Jack Layton en pensant que je serais quand même élu. J'ai toujours confiance en mon électorat et celui-ci peut toujours me faire confiance », assure-t-il, précisant que depuis la défaite de 2011, « il y a des affaires qui ont bougé au sein du parti » et que le nouveau chef du Bloc Québécois, Mario Beaulieu, a développé une belle complicité avec l'ancien chef, Gilles Duceppe.

« Le Bloc est toujours pertinent et nécessaire pour représenter ceux qui croient en la souveraineté du Québec et à sa liberté de choisir et d'agir », insiste M. Cardin.

Rappelons que l'ancien conseiller municipal a aussi été député péquiste pendant le court règne de Pauline Marois et il a été battu en 2014 par le candidat du Parti libéral Luc Fortin.

« Si Sébastien ne se présente pas, effectivement, je ne pourrai pas ne pas y aller », conclut M. Cardin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer