Budget Leitao: l'UdeS s'attend à des compressions de 6 à 7 M$

L'Université de Sherbrooke devra faire face à de nouvelles compressions de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'Université de Sherbrooke devra faire face à de nouvelles compressions de l'ordre de 6 à 7 M$ pour l'année financière 2015-2016, à la suite du dépôt du budget provincial qui a été déposé la semaine dernière. Le vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, Alain Webster, confirme les informations obtenues par La Tribune.

À la suite du budget Leitao, les établissements universitaires de la province évaluent qu'ils se verront imposer de nouvelles coupes budgétaires de l'ordre de 70 M$, ce qui affectera selon eux la qualité et l'accessibilité des études universitaires.

En se basant sur cette donnée, l'UdeS estime donc entre 6 et 7 M$ l'ampleur des nouvelles compressions.

« C'est difficile d'établir le montant spécifique, car nous n'avons pas encore les règles budgétaires », précise M. Webster en soulignant que la somme anticipée est un montant très élevé. « On voit l'impact, ce n'est pas une bonne nouvelle... »

Les lendemains du budget Leitao s'annoncent difficiles pour plusieurs établissements.

La direction du Cégep de Sherbrooke s'attend à un nouvel effort de près de 1 M$, tandis que la CSRS anticipe des compressions oscillant entre 4,5 M$ et 6 M$, selon ses premières évaluations. Elle a dû adopter un plan de redressement l'automne dernier à la suite du dépôt d'un budget déficitaire.

Au cours des derniers mois, l'UdeS s'attendait à un manque à gagner d'au moins 22,5 M$ en 2015-2016, tout en sachant que ses projections pourraient changer avec le dépôt du budget provincial. En janvier dernier, on apprenait qu'elle espérait récupérer environ 10 M$ auprès de ses syndicats, une dizaine au sein de l'institution.

Convention collective

Ces nouvelles surviennent alors que l'UdeS aura à négocier avec l'ensemble des syndicats au cours des prochaines semaines.

La convention collective du Syndicat des professeures et des professeurs de l'UdeS (SPPUS) est échue depuis mardi. Les négociations en vue du renouvellement doivent commencer bientôt.

La direction de l'institution a demandé au SPPUS de consentir à une réduction de 6,5 % de sa masse salariale, soit l'équivalent de 3,2 M$. En vertu d'un accord qui a été reconduit, une quarantaine de postes pourraient ne pas être pourvus en 2015-2016.

« Monétairement, cela se traduit par des économies substantielles qui dépassent nettement la cible que l'Université a fixée pour le SPPUS. Il s'agit d'une concession majeure, car les professeurs en poste dans les départements où les départs ne sont pas remplacés assument un fardeau collectif et individuel substantiellement accru », soutient le SPPUS dans un communiqué.

Le Syndicat des chargées et chargés de cours (SCCCUS) parle « d'hémorragie sans précédent » quant aux charges de cours perdues, estimant du même coup que sa masse salariale a été comprimée de quelque 770 000 $ en un an. Une coupe supplémentaire de 80 000 $ se serait ajoutée le mois dernier.

Le président du SCCCUS, André Poulin, indique que le syndicat s'attendait à des compressions de 1,6 M$ pour la prochaine année financière. Cette hypothèse du SCCCUS ne tenait cependant pas compte des efforts supplémentaires découlant du budget provincial. Une rencontre avec la direction avait lieu mercredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer