Électricité: en colère contre la hausse de 2,9 %

Sylvie Bonin, de l'ACEF Estrie, a pris la... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Sylvie Bonin, de l'ACEF Estrie, a pris la parole lors de la manifestation.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Depuis quelques heures, le chauffage à l'électricité, l'éclairage et l'utilisation des électroménagers coûtent plus cher.  Une nouvelle augmentation des tarifs d'électricité de 2,9 pour cent est appliquée.

Cette hausse des tarifs est décriée par la Coalition estrienne opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Quelques dizaines de personnes se sont réunies mercredi avant-midi au centre-ville de Sherbrooke pour s'insurger contre l'imposition de cette hausse venant atteindre directement les plus démunis, en ces temps d'austérité.

La coalition rappelle que des décisions politiques ont détourné la mission de la société d'État, lui permettant de demander des hausses de tarifs excessives, malgré le fait que Hydro-Québec a enregistré des profits record l'an dernier, avec un résultat net en 2014 de 3,38 $ milliards.

La hausse accordée est même de 5 pour cent, mais une partie a été reportée d'ici 2015 avec intérêt  et viendra s'ajouter aux futures hausses, a lancé Sylvie Bonin, de l'ACEF Estrie.

« Hydro Québec n'est pas une vache à lait permettant de renflouer les coffres de l'État ! C'est un outil collectif dont les Québécoises et Québécois se sont dotés pour obtenir l'électricité à des tarifs abordables pour l'ensemble de la population » souligne-t-elle au micro.

« Il faut arrêter de voir la société d'État comme une solution pour équilibrer le budget. L'électricité, tout comme l'ensemble des services publics, est un bien essentiel, pas un luxe», renchérit-elle.

La classe moyenne est elle aussi durement touchée, à preuve le nombre record de débranchements dans la dernière année : plus de 70 000 ménages ont été débranchés par Hydro-Québec en 2014, une augmentation de plus de 75 pour cent par rapport à l'année précédente.

La Coalition estrienne invite la population à participer aux différentes actions contre les hausses de tarifs d'électricité et l'austérité en général. « La pire chose à faire serait de se résigner face à ces mesures du gouvernement actuel. Les conséquences seraient irréparables pour le modèle social dont nous nous sommes dotés » signale Mylène Boisvert de Solidarité populaire Estrie.

Ça signifie le regroupement des directions et des services administratifs et il va de soi que cela insécurise plusieurs employés de ces secteurs.

Depuis quelques heures, le chauffage à l'électricité,... (Imacom, René Marquis) - image 3.0

Agrandir

Imacom, René Marquis

Pas un poisson d'avril

Au même moment, une autre manifestation dénonçait les politiques du gouvernement provincial. L'austérité n'est pas un poisson d'avril, a fait remarquer la CSN.

Le 1er avril marquait le premier jour sans contrat de travail des 500 000 salariés du secteur public et l'entrée en vigueur de la loi 10, entrainant ainsi la fusion de 15 établissements en Estrie.

« Ceci est une bien triste réalité », déclare Vicky Ouellet, présidente du Syndicat des salariés du CSSS-IUGS Estrie. « Ça signifie le regroupement des directions et des services administratifs et il va de soi que cela insécurise plusieurs employés de ces secteurs.»

«Nous ne sommes pas dupes : cette réforme vise essentiellement une réduction significative du personnel administratif, tout cela pour des bénéfices douteux sur le plan des services. Et nous constaterons, très certainement dans un avenir rapproché, une augmentation de la précarité d'emploi », ajoute-t-elle.

Pour imager cette réalité, les travailleurs ont confectionné un poisson de l'austérité à partir d'écailles sur lesquelles sont inscrites les inquiétudes du personnel face aux politiques d'austérité du gouvernement libéral.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer