15 000 plantes en moins pour économiser 60 000 $

La Ville de Sherbrooke compte 37 705 mètres... (Archives La Tribune)

Agrandir

La Ville de Sherbrooke compte 37 705 mètres carrés de plates-bandes.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke éliminera 140 plates-bandes et 113 bacs à fleurs cet été dans le cadre de son plan d'optimisation. Les nouvelles orientations proposées par le service d'horticulture permettront d'économiser 60 000 $ en 2015 et 118 250 $ annuellement à partir de 2016.

Concrètement, la Ville cessera d'entretenir 4273 mètres carrés de plates-bandes, soit 11 % de la superficie couverte actuellement, ou l'équivalent d'un terrain de football. Ce sont donc deux employés saisonniers en moins qui seront embauchés cet été. «Nous comptons 244 sites à entretenir, ce qui représente 244 déplacements chaque semaine pour couvrir les 37 705 mètres carrés de plates-bandes. En octobre, nous avons fait un exercice avec l'ensemble des employés pour revoir toutes nos installations», explique Yves Tremblay, chef de la division des parcs et espaces verts à la Ville de Sherbrooke.

Il est aussi proposé d'éliminer le service de fleuristerie aux serres municipales, qui sert à répondre aux besoins de la mairie. Ceux-ci sont d'environ 130 arrangements annuellement, principalement pour souligner une naissance ou un décès dans la famille d'un employé. Le coût de la fleuristerie est estimé à 20 000 $ et pourra être couvert par le privé pour 10 000 $.

L'ensemble de ces mesures permettra de cultiver 15 000 plantes de moins chaque année.

Quatre critères de sélection

Pour procéder à leurs évaluations, les services municipaux se sont servis de quatre critères. «Il faut que les aménagements que nous conservons profitent d'une bonne visibilité. Il faut que la plupart des citoyens puissent les voir. Nous avons aussi étudié le respect des sites par les citoyens. Certains endroits sont complètement piétinés ou saccagés. Par exemple, l'îlot près de la cour municipale est piétiné et il faut beaucoup d'efforts pour le garder en état. Nous proposons de le transformer», explique M. Tremblay.

Les endroits difficiles d'accès sont jugés moins importants. Dans le même sens, la Ville se concentrera sur les sites dont elle est propriétaire. Elle délaissera certains aménagements réalisés sur des sites appartenant à la commission scolaire ou à des résidences pour personnes âgées.

Les économies anticipées sont moins importantes en 2015 puisque la transformation de certaines plates-bandes entraînera des dépenses non récurrentes.

Le conseiller Jean-François Rouleau s'est inquiété de la possibilité de voir les pots de fleurs disparaître sur la rue Galt Ouest. «Si vous enlevez la couleur qui fait la beauté de cette artère, qui a l'air d'une zone de guerre, je m'opposerai.» Il a reçu l'assurance que ces aménagements demeureront.

«Ce qui est important, ce sont les critères que nous nous donnons. Il ne faut pas essayer de protéger chacun les plates-bandes de notre secteur. Quand on envoie des équipes au fond des ronds-points, je ne crois pas que c'est ce que les citoyens attendent de nous. Ce sont les artères et les boulevards qui demeureront stratégiques», a précisé Serge Paquin.

Plusieurs conseillers ont néanmoins demandé la liste des aménagements qui seront abandonnés dans leur district. «Les citoyens vont le remarquer et ils vont nous en parler», a indiqué Chantal L'Espérance.

Yves Tremblay a rappelé qu'il existe un comité d'embellissement, doté d'un budget de 15 000 $, qui permet aux citoyens d'entretenir des espaces que la Ville ne souhaite plus gérer.

En 12 ans, le nombre de plates-bandes est passé de 300 à 967 à Sherbrooke. Le budget annuel du service de l'horticulture est de 750 000 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer