« Touche pas à mon utérus » se transforme en manif contre l'austérité

Le rassemblement «Touche pas à mon utérus» s'est transformé en manifestation... (La Tribune, Camille Dauphinais-Pelletier)

Agrandir

La Tribune, Camille Dauphinais-Pelletier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Le rassemblement «Touche pas à mon utérus» s'est transformé en manifestation contre l'austérité en général lundi après-midi, alors que quelques centaines de personnes ont spontanément pris la rue à partir du palais de justice de Sherbrooke.

Le convoi, escorté par des policiers mais sans itinéraire prévu, s'est rendu en passant par la King jusqu'au coin des rues Portland et Jacques-Cartier. À cet endroit, les policiers ont signalé que la manifestation était rendue illégale.

C'est que celle-ci entravait lourdement la circulation. Sur la rue King, pendant la majorité du trajet, les quatre voies étaient bloquées par les manifestants. Sur Jacques-Cartier, la circulation était bloquée d'un côté, et la situation s'enlignait pour être la même sur Portland.

La plupart des manifestants se sont dispersés après l'annonce des policiers. Toutefois, certains ont écopé de constats d'infraction.

Amende de 540 $?

Après la dispersion des manifestants, Marc-Olivier Lessard discutait avec des agents, leur demandant pourquoi la manifestation était devenue illégale. Un groupe d'amis l'attendait au coin de la rue. Onze d'entre eux ont reçu une contravention de 140 $ pour avoir participé à une manifestation illégale, et trois autres (dont M. Lessard) se sont fait dire qu'ils pourraient en recevoir une pour participation à une manifestation illégale et entrave de la voie publique. Si cela se concrétise et qu'ils reçoivent bel et bien le constat, la somme pourrait totaliser au moins 540 $.

Les contrevenants étaient encore en réflexion lundi quant à savoir s'ils contesteraient leurs contraventions. « La seule raison pour laquelle on a eu une amende [et pas les autres], c'est parce qu'on a demandé aux policiers ce qu'on avait fait de pas correct. C'est un peu ironique », mentionne Marc-Olivier Lessard.

Aucune arrestation n'a toutefois été faite dans le cadre de la manifestation, affirme le SPS. Questionnés à savoir pourquoi certaines personnes avaient été vues menottées à l'issue de la manifestation, les policiers ont affirmé qu'il s'agissait probablement d'une intervention visant à calmer les personnes ciblées, puisque personne n'avait été emmené au poste.

Utérus et austérité

La manifestation de lundi était donc une occasion pour dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

L'activité était toutefois avant tout une initiative de ConcerAction Femmes Estrie et du Collectif pour le libre choix, qui invitaient la population à se mobiliser contre le projet de loi 20 et les règlementations qui l'accompagnent, tout particulièrement celles qui pourraient restreindre l'accès à l'avortement.

« On l'a gagné, le droit à l'avortement. Là, on se bat pour le maintien d'un service accessible et rapide », disait notamment Johanne Bilodeau, du Collectif.

« N'importe quelle mesure claire ou sous-entendue qui limite pas juste le droit à l'avortement mais aussi l'accès, c'est non seulement scandaleux, c'est impensable », disait à ce propos la manifestante Marie-Pierre Boisvert. « C'est quelque chose qu'on ne laissera pas arriver. »

Une autre manifestante, qui préférait ne pas être identifiée, a aussi été fortement interpellée par la cause. « Je ne suis pas une grande manifestante, mais les droits des femmes, ça me touche beaucoup. On a travaillé fort dans le passé pour avoir des droits! Ce n'est pas juste l'accès à l'avortement, mais aussi les cliniques de dépistage. On a mis de l'argent pour que ça fonctionne, il ne faut pas gâcher ça », soutient-elle.

Une autre manifestation contre l'austérité est prévue jeudi à Sherbrooke, concernant la qualité de l'éducation. Le rassemblement a lieu au pavillon B1 de l'Université de Sherbrooke à 11h45.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer